L'Espagne n'enquêtera pas sur la "crise-escroquerie"

13/06/12 à 10:44 - Mise à jour à 10:44

Source: Trends-Tendances

Le sauvetage public de Bankia a précipité l'Espagne dans la crise financière et conduit les pays de la zone euro à annoncer un plan d'aide aux banques ibères à hauteur de 100 milliards d'euros. Le pays n'enquêtera pourtant pas sur la crise.

L'Espagne n'enquêtera pas sur la "crise-escroquerie"

© Thinkstock

Le congrès des députés espagnols a rejeté mardi soir, avec les voix de la majorité de droite au pouvoir, une commission d'enquête sur la crise financière et sur Bankia, dont le sauvetage historique a conduit à l'annonce d'un plan d'aide européen du pays.

Le texte, présenté par des partis d'opposition de gauche, a recueilli 139 voix "pour", dont celle du parti socialiste, contre 175 voix du Parti populaire, droite au pouvoir qui dispose de la majorité absolue au parlement.

Le gouvernement a lancé cette année deux réformes du secteur bancaire qui a notamment dû provisionner ou faire des réserves de capital pour plus de 80 milliards d'euros afin d'assainir ses comptes.

Espagne : pas d'enquête sur une "crise-escroquerie" ayant pour origine la bulle immobilière

Les banques, qui accumulaient 184 milliards d'actifs problématiques fin 2011, est source de vives inquiétudes. Le sauvetage public de Bankia de 23,5 milliards d'euros a précipité le pays dans la crise financière et conduit les pays de la zone euro à annoncer samedi un plan d'aide aux banques espagnoles allant jusqu'à 100 milliards d'euros.

Durant le débat, Cayo Lara, chef de la Izquierda unida (gauche unie), à l'origine du texte, a affirmé la nécessité d'enquêter sur "une crise-escroquerie" ayant pour origine la bulle immobilière qui, selon lui, a profité "aux banquiers et promoteurs qui se sont enrichis" sans penser aux conséquences. Cette bulle a éclaté en 2008, plongeant le pays dans la crise avec un chômage record touchant aujourd'hui un actif sur quatre.

De nombreuses voix se sont élevées en Espagne pour réclamer des enquêtes sur d'éventuelles fraudes dans le secteur et des procédures judiciaires sont en cours.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires