L'art en tant qu'investissement

17/09/13 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Source: Trends-Tendances

L'art en tant qu'investissement

Depuis que les Chinois ont découvert le marché de l'art comme mode d'investissement, le marché mondial s'est développé de façon exponentielle, atteignant des valeurs de ventes estimées à 43 milliards d'euros en 2012. "Dans les segments de prix les plus élevés, l'art a acquis un statut d'investissement. Les riches veulent protéger leurs actifs", disait la collectionneuse et auteure américaine Ethan Wagner (Collecting Art for Love, Money and More) lors d'une interview donnée à l'hebdomadaire allemand Die Zeit.

La Suisse est un pays plus qu'approprié pour cela. Les importations d'art n'y sont grevées que de 8 % de taxe sur la valeur ajoutée. C'est une des raisons pour lesquelles l'exposition Art Basel est devenue une plateforme mondiale et le salon le plus important en matière d'activités artistiques.

A la mi-juin de chaque année, jusqu'à 300 jets privés atterrissent à l'aéroport de Bâle Mulhouse Fribourg pour la première journée de ce salon, lorsque les galeries invitent leurs clients à un vernissage exclusif. Cette année, beaucoup de milliardaires intéressés par l'art, comme le magnat russe Roman Abramovitch, ont dû faire un détour par un autre aéroport de la région parce que les contrôleurs du ciel français étaient en grève. Mais cela n'a pas nui au bon déroulement des affaires.

Les oeuvres d'artistes qui sont devenus des stars mondiales, presque des marques déposées, remportent un succès tout particulier dans les salons dont chacun sait qu'on y brasse des sommes considérables. Lors du vernissage d'Art Basel, un mobile de Calder a été vendu à 9 millions d'euros. Et chacune des cinq copies de Not Yet Titled (Kleine Marokkanerin), la nouvelle sculpture de l'artiste allemand Georg Baselitz, a été vendue pour un peu moins d'un million d'euros. Le galeriste new-yorkais David Zwirner, qui demandait 2,6 millions d'euros pour une peinture de jeunesse de Gerhard Richter, l'a vendue immédiatement. "Il ne fait aucun doute que nous vivons une période de prix élevés, reconnaît David Zwirner. Pourtant, le marché semble tout à fait sain et solide."

Sam Keller, directeur de la Fondation Beyeler, un musée bâlois, est également surpris du développement. "Actuellement, les artistes attirent autant l'attention que les rock stars le faisaient auparavant", assure Sam Keller qui a longtemps dirigé Art Basel. Mais il ne voit rien de répréhensible à ce que l'élite financière mondiale choisisse d'investir son argent en oeuvres d'art.

Nos partenaires