" L'argent noir s'assèche peu à peu en Belgique "

05/07/11 à 09:07 - Mise à jour à 09:07

Source: Trends-Tendances

En moyenne, les flux d'argent noir sont moins importants en Belgique que dans le reste de l'Europe. Par ailleurs, la part de l'économie noire y régresse chaque année.

" L'argent noir s'assèche peu à peu en Belgique "

L'argument de l'horeca flamand selon lequel le secteur doit travailler au noir à cause de la forte pression fiscale, n'est pas pertinent. C'est ce que déclare le professeur Friedrich Schneider (Johannes Kepler Universität Linz), une autorité internationale en matière d'argent noir. "Les gens entreprenants voient dans l'économie souterraine une opportunité de se soustraire à des charges injustes et lourdes imposées par un gouvernement. Mais la critique formulée par l'horeca ne tient pas la route. Car ce secteur a déjà bénéficié d'un abaissement de la TVA à 12 %. Travail au noir et impôts peu élevés peuvent difficilement aller de pair.

Dans le courant de l'année, Friedrich Schneider a publié une mise à jour d'une étude antérieure sur le travail au noir dans les pays européens. En Belgique, l'économie de l'ombre prend 17,1 % du PIB à son compte. Le montant fraudé fluctue aux alentours de 25 milliards d'euros. Avec un tel résultat, notre pays figure à la 17e place sur la liste des pays européens. La moyenne européenne est de 19,7 %.

Le caractère relativement solide de notre économie constitue l'une des raisons pour lesquelles la Belgique affiche ce score peu élevé. Et le spécialiste autrichien d'expliquer : "Dans les pays où la récession sévit lourdement, on constate une plus grande propension à faire des petits boulots accessoires au noir vu que le circuit régulier n'offre quasiment pas d'emplois."

Outre la pression fiscale et l'état de l'économie, il y a encore d'autres facteurs importants qui stimulent l'économie souterraine : la morale fiscale et la qualité des services publics. C'est pourquoi les Bulgares et les Italiens sont des fraudeurs notoires. Les Scandinaves, par contre, remplissent correctement leur déclaration d'impôts.

"La Belgique est un paradoxe, poursuit Friedrich Schneider. Il n'y a pas de mauvaise gouvernance mais depuis longtemps pas de gouvernance du tout. Manifestement, les Etats fédérés compensent bien l'absence de politique fédérale. Au niveau de la morale fiscale, on constate un progrès sensible. Les particuliers ont moins envie de se constituer des patrimoines noirs. La part de l'économie souterraine diminue chaque année en Belgique. Les flux d'argent noir se sont contractés d'un cinquième en huit ans."

Hans Brockmans

Nos partenaires