"Jamais une banque ne pourra se substituer à un juge"

22/10/17 à 09:30 - Mise à jour à 11:33
Du Trends-Tendances du 19/10/17

Une nouvelle mouture, encore plus affinée, de la loi anti-blanchiment vient d'entrer en vigueur ces jours-ci. L'occasion pour Rodolphe de Pierpont, porte-parole la Fédération belge du secteur financier (Febelfin), de commenter ce nouveau renforcement du cadre légal.

TRENDS-TENDANCES. Que signifie, en pratique, cette loi anti-blanchiment pour les banques ?

RODOLPHE DE PIERPONT. Depuis des années, les banques ont une obligation de vigilance par rapport à tout type de criminalité financière. Pour le secteur, tout l'enjeu est de savoir quelle est la portée de ces obligations, sachant qu'une banque ne pourra jamais fonctionner que sur la base d'indices et qu'elle ne pourra jamais se substituer à un juge. C'est bien pour cela qu'intervient, dans une seconde étape, la CTIF (Cellule de traitement des informations financières) qui ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires