ING dégraisse malgré un bénéfice multiplié par 7

03/11/11 à 10:52 - Mise à jour à 10:52

Source: Trends-Tendances

ING veut supprimer 2.700 emplois aux Pays-Bas, histoire de "limiter les dépenses" sur fond de "recettes sous pression". Au même moment, le bancassureur batave dévoile un bénéfice net de 1,7 milliard d'euros pour le 3e trimestre. Sept fois plus qu'un an plus tôt.

ING dégraisse malgré un bénéfice multiplié par 7

© Bloomberg

ING compte supprimer dans son propre pays 2.000 équivalents temps plein au sein de l'entreprise, et 700 emplois externes. Le bancassureur néerlandais a dévoilé cette intention jeudi, lors de la publication de ses résultats du troisième trimestre, durant lequel il a réalisé un bénéfice net de 1,69 milliard d'euros. Soit environ sept fois supérieur à celui du troisième trimestre de 2010 (239 millions d'euros)...

Ces résultats de juillet à septembre sont meilleurs que prévu. "Avec des recettes sous pression, nous devons renouveler nos efforts pour limiter les dépenses pour l'ensemble du groupe, qui doit s'adapter à un environnement difficile, et pour maintenir notre position concurrentielle", a défendu ING dans un communiqué de presse.

"L'environnement économique et financier s'est clairement détérioré, a prolongé un porte-parole du groupe. Il y a moins de demandes pour certains produits comme les hypothèques." La suppression d'emplois devrait concerner essentiellement des branches administratives du groupe. ING emploie actuellement environ 19.000 personnes.

Suppression d'emplois chez ING aux Pays-Bas : une "douche froide" pour les syndicats

L'annonce de la suppression massive d'emplois chez ING a été ressentie comme une douche froide pour les employés du groupe, a réagi le syndicat chrétien CNV : "La banque est en bonne santé et réalise à nouveau des milliards de bénéfices !", a déclaré Ike Wiersinga (CNV).

Cette réorganisation a provoqué l'effet d'une bombe, a déclaré pour sa part la Confédération syndicale des Pays-Bas FNV, et se traduira selon elle par 1.700 licenciements secs : "Ces plans sont très durs pour les employés !, a commenté Fred Polhout (FNV). C'est quelque chose qui devait arriver, vu les développements dans le secteur financier. Mais une réorganisation de cette ampleur provoquera une brèche profonde dans le personnel actuel de la banque."

Le syndicat veut discuter rapidement avec la banque d'un plan social.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires