HSBC supprime 30.000 emplois malgré un bond des bénéfices

01/08/11 à 11:55 - Mise à jour à 11:55

Source: Trends-Tendances

La banque britannique HSBC, une des premières d'Europe, envisage de supprimer jusqu'à 30.000 emplois dans le monde - soit près de 10% ses effectifs - d'ici à 2013 pour réduire ses coûts de fonctionnement, a indiqué à la presse le directeur général du groupe, Stuart Gulliver.

HSBC supprime 30.000 emplois malgré un bond des bénéfices

© Epa

La banque britannique HSBC, une des premières d'Europe, envisage de supprimer jusqu'à 30.000 emplois dans le monde - soit près de 10% ses effectifs - d'ici à 2013 pour réduire ses coûts, a indiqué à la presse le directeur général du groupe, Stuart Gulliver. M. Gulliver a fait cette déclaration alors que la banque venait d'annoncer un bond de 35% de son bénéfice net au 1er semestre de cette année, qui a atteint 8,9 milliards de dollars (6,2 milliards d'euros).

Ces résultats incluaient la perspective de 5.000 suppressions de postes dans le monde dans le cadre d'un vaste plan visant à économiser entre 2,5 et 3,5 milliards de dollars d'ici à 2013.

Ce plan, dont le principe avait été annoncé en mai dernier, vise à lutter contre une envolée des coûts de fonctionnement pesant sur les marges du groupe, qui dit en outre subir le poids des nouvelles réglementations britanniques ou internationales l'obligeant par exemple à accroître ses fonds propres.

"Il y aura d'autres suppressions d'emplois", a prévenu M. Gulliver lors d'une conférence de presse téléphonique. "25.000 postes supplémentaires seront supprimés en plus des 5.000 annoncés", a-t-il précisé.

Au vu des derniers résultats semestriels, les pays européens et les Etats-Unis devraient être les premiers concernés en raison d'une stagnation, voire une légère baisse, des revenus dans ces régions à l'économie toujours chancelante et frappées par la crise de la dette.

En revanche, le produit net bancaire de HSBC a enregistré une croissance à deux chiffres en Asie et en Amérique Latine, des zones où elle compte désormais concentrer ses forces.

HSBC avait annoncé dimanche la cession de 195 de ses banques de détail aux Etats-Unis à l'établissement américain First Niagara pour environ un milliard de dollars, illustrant ainsi sa stratégie de retrait des marchés qu'elle juge les moins porteurs.

Globalement, les revenus mondiaux de HSBC sont restés quasi-stables à 35,7 milliards de dollars au 1er semestre de cette année par rapport à la même époque de 2010.

Dans un communiqué, le syndicat britannique Unite a estimé que les "pires craintes étaient confirmées" et dénoncé une "restructuration brutale qui plonge des milliers d'employés dans l'incertitude sur leur avenir".

Les investisseurs ont à l'inverse salué avec enthousiasme les annonces de HSBC, dont le cours gagnait près de 4,5% en milieu de matinée.

Les analystes avaient anticipé un bénéfice inférieur à celui annoncé et des pertes d'emplois limitées à 10.000 postes à l'échelle mondiale.

Confrontées à un environnement économique incertain, d'autres banques européennes viennent d'annoncer des suppressions d'emplois, mais dans une moindre mesure, à l'instar de Crédit Suisse qui a engagé la semaine dernière un plan de 2.000 réductions de postes.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires