Holding Communal : atterrissage en douceur... vers la liquidation

23/10/11 à 10:04 - Mise à jour à 10:04

Source: Trends-Tendances

Le dossier Holding Communal semble définitivement bouclé. Le holding, qui regroupait notamment les participations des communes belges dans Dexia, sera liquidité, ce qui lui permettra de vendre ses actifs dans de meilleures conditions que si la faillite avait été prononcée.

Holding Communal : atterrissage en douceur... vers la liquidation

© Image Globe/Dirk Waem

Le conseil d'administration du Holding Communal a approuvé la proposition de liquidation volontaire émanant de Dexia Banque Belgique et des autorités compétentes, a indiqué samedi soir son président Francis Vermeiren, après le conseil d'administration. Francis Vermeiren a souligné que les liquidités du Holding Communal étaient assurées jusqu'au 7 décembre.

Le conseil d'administration organisera une assemblée extraordinaire pour avaliser la proposition de dissolution volontaire du holding.

Le président du conseil d'administration a répété que la liquidation reste la meilleure solution pour les ventes d'actifs du holding : "Un atterrissage en douceur est toujours mieux qu'une chute !"

Le CA n'a pas donné de détails ou de chiffres concernant la proposition. Ceux-ci seront discutés, selon lui, les jours prochains : "Nous savons trop peu au sujet des accords entre les gouvernements et Dexia Banque Belgique. Nous avons un accord avec la banque pour assurer les liquidités jusqu'au 7 décembre."

Holding Communal : "Un accord où chacun fait un pas vers l'autre" (Demotte)

Le gouvernement wallon réuni en comité restreint a approuvé samedi en début de soirée le compromis trouvé entre les Régions, le gouvernement fédéral et Dexia Banque Belgique afin d'éviter au Holding Communal la cessation de paiement et l'aveu de faillite. "Nous sommes parvenus à trouver un accord où chacun fait un pas vers l'autre", a souligné le ministre-président Rudy Demotte entouré des vice-présidents Jean-Marc Nollet, André Antoine et Jean-Claude Marcourt.

Voici les détails financiers contenus dans le scénario retenu.

Régions. Elles activeront comme prévu leurs garanties à hauteur de 450 millions d'euros et perdront 120 millions d'euros de billets de trésorerie.

Fédéral. Il interviendra directement à hauteur de 132,5 millions d'euros et à hauteur de 101,5 millions d'euros par l'intermédiaire de Dexia Banque Belgique, qu'il a récemment rachetée. Premier créancier du Holding, la banque renoncera en effet à une partie de sa créance.

Autres actionnaires. Ethias, le fonds bruxellois du logement et d'autres institutions interviendront pour 31 millions d'euros.

Deux semaines ont été nécessaires pour permettre à chacun de s'entendre, Régions, fédéral et Dexia Banque. Ce dossier, conséquence des difficultés de Dexia, a donné lieu à des tensions politique entre les Régions et le fédéral. Les premières estimaient qu'elles s'étaient exposées à la demande du fédéral pour recapitaliser en son temps Dexia tandis que le second considérait qu'il avait déjà consenti des efforts considérables pour sauver Dexia Banque.

"Les efforts sont portés par l'ensemble des acteurs : c'est une sortie honorable pour tous ceux qui ont négocié et qui permet d'éviter les chocs liés à la faillite du Holding Communal", a résumé le ministre-président wallon.

100 millions d'euros : les besoins de liquidité du Holding ?

D'ici à la liquidation, DBB assurera les besoins de liquidité du Holding. Ceux-ci ne sont pas encore évalués avec précision. Une somme tournant autour de 100 millions d'euros est évoquée. Cette solution favorisera un "atterrissage en douceur" du Holding, selon les mots de Rudy Demotte... et de Francis Vermeiren, président du holding.

L'institution, patrimoine des communes belges, pourra vendre ses actifs dans de meilleures conditions que si la faillite avait été prononcée. Parmi ces actifs, on retrouve des participations dans Cofinimmo (société immobilière), Publi-T (participation des pouvoirs locaux dans Elia, gestionnaire du réseau de transport électrique) ou encore l'aéroport de Charleroi.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires