Gare à ces nouvelles fraudes "boiler room"

27/11/17 à 12:32 - Mise à jour à 13:22

Source: Belga

L'Autorités des services et marchés financiers (FSMA) met en garde lundi contre la fraude de type "boiler room", une escroquerie qui consiste en des actions ou produits financiers fictifs ou sans valeur proposés souvent par téléphone.

Gare à ces nouvelles fraudes "boiler room"

/ © istock

La FSMA avertit de plusieurs cas de "boiler rooms" qui ont été mis au jour ces dernières semaines, entre autres Ashida Associates, Sapporo International et Tokai National Partners.

Elle déconseille fortement de donner suite aux offres de services financiers de ces sociétés, qui ne sont pas autorisées à fournir des services d'investissement sur le territoire belge.

"En général, le consommateur est attiré au moyen d'un premier investissement, d'un montant limité, qui s'avère très vite rentable. Par la suite, il est demandé au consommateur d'investir chaque fois davantage. Lorsque le consommateur souhaite récupérer son argent, cela s'avère impossible sans versements complémentaires et/ou les nouveaux investissements commencent à être déficitaires."

Les escrocs soumettent le consommateur à une très forte pression, le poussant à verser toujours plus d'argent (d'où l'appellation anglaise de "boiler room"). "Au final, le consommateur ne récupère jamais les montants investis."

L'Autorité des services financiers constate une augmentation du nombre de cas ces dernières années: 78 en 2015, 95 l'an dernier et déjà 111 pour l'année en cours. La technique a déjà rapporté officiellement un million d'euros aux escrocs. "Mais il ne s'agit que du sommet de l'iceberg. Toutes les victimes ne se manifestent pas et ne confient pas leurs pertes", précise-t-on à la FSMA. La somme détournée pour chaque cas individuel peut aller de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Les victimes sont le plus souvent des patrons d'entreprise ou des gens occupant un poste clé au sein d'une société.

Nos partenaires