Fortis (épisode 2) : Lippens et le "syndrome de l'imposteur"

04/10/10 à 10:33 - Mise à jour à 10:33

Source: Trends-Tendances

Maurice Lippens, fondateur de Fortis souffre du syndrome dit de "l'imposteur". Sa vie entière, il a toujours été en proie à une peur panique que d'autres découvrent qu'il n'est pas assez bon pour la fonction qu'il exerce. Second voyage dans l'arrière-cuisine de Fortis... et de sa débâcle.

Fortis (épisode 2) : Lippens et le "syndrome de l'imposteur"

© Belga

Le fondateur de Fortis souffre du syndrome dit de "l'imposteur". Sa vie entière, il a toujours été en proie à une peur panique que d'autres découvrent qu'il n'est pas assez bon pour la fonction qu'il exerce.

Maurice Lippens compense ce syndrome par une énorme ambition. Il veut toujours changer, réveiller des entreprises. Il a aussi hérité cette ambition de son contexte familial, son grand-père Maurice Lippens senior lui servant d'exemple. Il aspire à se voir confirmer comme l'un des distingués rejetons de la famille Lippens. Il est membre de l'establishment mais veut se profiler comme un rebelle. Il n'a que faire des nobles qui ne réalisent pas grand-chose. Lui, il veut laisser son empreinte dans l'histoire.

Maurice Lippens se retrouve par hasard chez AG, se hisse rapidement au sommet et y devient incontournable. Comme un stratège des échecs, il réussit à soustraire les AG de l'emprise de la Société Générale et de celle de Suez. C'est un maître stratège, extrêmement éloquent, qui dispose d'un énorme réseau.

Chez Fortis, il tirait toutes les ficelles mais n'exerçait quasiment pas d'activités opérationnelles. Il laissait les fidèles sherpas dont il s'était entouré le faire à sa place, de sorte qu'il pouvait se livrer à fond au jeu d'échecs stratégique des influences, du pouvoir, des alliances, des acquisitions. Il n'hésite pas à reconnaître qu'il n'est ni banquier ni assureur. Il n'a pas le bagage technique...

Demain mardi, retrouvez le troisième épisode de notre série sur les vraies raisons de la chute de Fortis, consacré cette fois à la mauvaise gestion à la tête du bancassureur

En savoir plus sur:

Nos partenaires