Epargne : "On est proches de l'arnaque !"

18/01/12 à 13:55 - Mise à jour à 13:55

Source: Trends-Tendances

Test-Achats attaque de front les grandes banques belges et dénonce les "effets pervers" du mécanisme actuel du compte d'épargne, par lequel l'épargnant reçoit moins que le rendement affiché. L'association réclame un taux unique, octroyé sans conditions et qui engloberait le taux de base et la prime de fidélité.

Epargne : "On est proches de l'arnaque !"

© Thinkstock

L'attaque de Test-Achats contre les grandes banques est frontale : "Ne laissez plus végéter votre argent sur les comptes d'épargne classiques des grandes banques (BNP Paribas Fortis, Dexia, ING ou KBC)." L'association de défense des consommateurs a en effet fait ses calculs : ces comptes, qui drainent pourtant encore des dizaines de milliards d'euros, offrent moitié moins d'intérêts que les comptes d'épargne les plus généreux.

Pour l'épargnant, cela signifie un manque à gagner de plusieurs dizaines voire centaines d'euros par an.

Test-­Achats plaide dès lors pour un taux unique de rémunération du compte d'épargne, octroyé sans condition et qui engloberait le taux de base et la prime de fidélité. L'association dit avoir formulé cette demande à Johan Vande Lanotte, ministre de l'Economie et des Consommateurs.

Epargne et prime de fidélité : "On est proches de l'arnaque !"

Le mécanisme du compte d'épargne, tel qu'il existe aujourd'hui, recèle certains "effets pervers", dénonce encore l'association : "Ainsi, serait-­il imaginable que les consommateurs paient leurs courses plus cher à la caisse que les prix affichés en rayon ? Plus cher leur crédit que le taux repris dans leur contrat ? Non, bien entendu, ce serait même illégal. En matière de comptes d'épargne, les banques et nos autorités semblent pourtant trouver normal que l'épargnant reçoive moins que le rendement affiché. Nos simulations le prouvent à souhait (voir ci-dessous)."

Dans certains cas, il reçoit un bon demi pour cent de moins que ce qui lui a été promis, chiffre Test-Achats En cause : "La prime de fidélité, tombée aux oubliettes parce qu'il a retiré son argent trop tôt. Trop tôt, alors que le retrait est parfois intervenu plus d'un an après le versement initial ! Pendant ce temps, la banque peut afficher des taux attrayants et séduire davantage d'épargnants."

Le système serait donc à revoir, "d'autant que certaines banques en usent et en abusent" : "Que penser ainsi de Dexia qui, sur le Compte Epargne Fidélité, offre une prime de fidélité très élevée (1,50 %), mais un taux de base maigrichon (0,50 %) ? Que reste-­t-­il si l'épargnant perd le droit à la prime ? Quasi rien ! Et Dexia, encore elle, vient de lancer deux nouveaux comptes d'épargne, mettant aussi en avant une prime de fidélité élevée (1,50 %) pour les versements en janvier. Mais pour les versements réalisés dès le mois de février, la prime retombera à... 0,25 %."

L'épargnant qui ne prend pas garde de verser alors son épargne sur un autre compte sera bel et bien piégé, estime Test-Achats. "On est proche de l'arnaque. Une arnaque à grande échelle car, compte tenu des nombreux versements et retraits opérés sur un compte d'épargne au fil des ans, compte tenu des changements de réglementation intervenus entre­-temps, il est tout simplement impossible pour l'épargnant de savoir quand il peut retirer son argent sans risquer de perdre sa prime de fidélité, si tant est qu'il est possible de retirer cette épargne sans perdre la prime."

Epargne : vers un taux unique de rémunération ?

L'association plaide dès lors pour un taux unique de rémunération du compte épargne, et des informations claires de la part des banques. "Alors que le gouvernement a promis de simplifier davantage le compte d'épargne, et comme le soutiennent les 80.000 personnes qui ont signé à ce jour notre pétition", Test­-Achats réclame le maintien d'un seul taux, octroyé sans conditions, qui engloberait le taux de base et la prime de fidélité.

"En attendant, nous exigeons des banques qu'elles communiquent clairement à leurs clients quand ils peuvent retirer leur épargne sans risquer de perdre leur prime de fidélité. Et en cas de retrait précipité, qu'elles les informent du montant de la prime perdue. Ces informations manquent cruellement aujourd'hui. La mise à disposition d'un document standardisé permettrait d'y remédier."

Test­-Achats annonce au passage un nouveau calculateur en ligne, qui tient compte des spécificités des comptes d'épargne (règles de calcul de la prime de fidélité, dates valeur, variation des taux en fonction du montant en compte, etc.), accessible gratuitement jusqu'à la fin du mois de janvier.

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires