En plein scandale de blanchiment, bénéfice record pour la Commonwealth Bank

09/08/17 à 10:35 - Mise à jour à 10:35

Source: Belga

La plus grande banque australienne, la Commonwealth Bank, a annoncé mercredi un bénéfice annuel record alors que son directeur général affronte des appels à la démission à cause de soupçons de violation des lois sur le blanchiment et le financement du terrorisme.

En plein scandale de blanchiment, bénéfice record pour la Commonwealth Bank

Ian Narev, CEO de la Commonwealth Bank © Reuters

Les résultats de la Commonwealth, premier prêteur d'Australie et sa première entreprise par capitalisation boursière, sont surveillés de près. Ils sont un indicateur de l'état de santé de l'économie australienne au moment où celle-ci cherche à réduire sa dépendance envers les matières premières après la fin de l'âge d'or minier.

La banque a dégagé un bénéfice net annuel en hausse de 7,6%, à 9,93 milliards de dollars australiens (6,7 milliards d'euros), un record, pendant son exercice décalé achevé le 30 juin.

Le bénéfice sous-jacent, indice préféré par les banques australiennes qui exclut les dépréciations et les éléments exceptionnels, a également atteint un nouveau sommet, en hausse sur un an de 4,6%, à 9,88 milliards de dollars australiens. Ce résultat est supérieur aux attentes des marchés.

Les actionnaires ont reçu un dividende en hausse de 2%, à 4,29%.

"Les performances de la Commonwealth Bank cette année ont une nouvelle fois contribué au bien-être de nos clients, de nos actionnaires, de notre peuple et de l'économie australienne", a déclaré le directeur général Ian Narev dans un communiqué.

Celui-ci est sous pression depuis que la Commonwealth a été assignée la semaine dernière par le service du renseignement financier Austrac devant la Cour fédérale.

Austrac accuse la banque d'avoir contrevenu 53.700 fois aux lois sur le blanchiment et le financement du terrorisme, en particulier avec ses automates de dépôts d'espèces.

La banque a annoncé en réaction qu'elle annulait les bonus de ses cadres mais a apporté son soutien à son directeur général.

M. Narev a reconnu dans un entretien avec le journal The Australian que des "erreurs avaient été faites", ajoutant qu'il allait se "concentrer sur son travail".

Nos partenaires