En confondant "millions" et "milliards", il plonge Wall Street dans le rouge

07/05/10 à 09:27 - Mise à jour à 09:27

Source: Trends-Tendances

Vers 18 h 40 GMT jeudi, le vénérable indice Dow Jones a enregistré la plus forte chute en points de son histoire en séance : 998,50 points en un quart d'heure, avant de se reprendre. Le responsable serait un trader de Citigroup, qui aurait confondu "millions" et "milliards" en passant un ordre...

En confondant "millions" et "milliards", il plonge Wall Street dans le rouge

© Bloomberg

Le plongeon historique de Wall Street jeudi aurait été déclenché par une erreur d'un employé de la banque américaine Citigroup, qui aurait confondu "millions" et "milliards" en passant un ordre, selon les chaînes de télévision américaines CNBC et Fox Business News.

D'après CNBC, citant plusieurs sources anonymes, un trader de Citigroup aurait ainsi tapé par erreur "milliards" au lieu de "millions" en passant un ordre sur des actions Procter & Gamble, une valeur-phare de l'indice Dow Jones. "Citigroup dit qu'ils sont en train d'enquêter", auraient déclaré ces sources.

L'opérateur de marché voulait en fait passer un ordre sur des contrats à terme liés à l'indice S&P 500 et non sur Procter & Gamble, croyait savoir un journaliste de Fox Business News sur Twitter.

Interrogé par l'AFP, Citigroup n'a pas confirmé : "A l'heure actuelle, nous n'avons aucune preuve que Citigroup ait été impliqué dans une transaction erronée", a indiqué la banque américaine.

Vers 18 h 40 GMT, le vénérable indice Dow Jones a enregistré la plus forte chute en points de son histoire en séance, perdant 998,50 points en un quart d'heure, avant de se reprendre. "Il est clair qu'il y a eu un problème, une erreur, humaine ou informatique, qui a provoqué l'enfoncement de niveaux techniques", a estimé Gregori Volokhine, directeur de Meeschaert à New York, après avoir observé plusieurs graphiques de la journée mais sans se prononcer davantage.

L'indice Dow Jones a finalement terminé en baisse de 3,2 % au terme d'une séance dominée par les craintes entourant la dette de plusieurs pays européens.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires