Dexia : l'Europe confirme les garanties mais exprime ses doutes

21/12/11 à 17:05 - Mise à jour à 17:05

Source: Trends-Tendances

La Commission européenne a dit "oui" aux garanties d'Etat temporaires accordées au groupe Dexia par la Belgique, la France et le Luxembourg... tout en formulant "des doutes" sur leur compatibilité avec les règles du marché intérieur

Dexia : l'Europe confirme les garanties mais exprime ses doutes

© BELGA

La Commission européenne a donné mercredi son accord aux garanties d'Etat temporaires apportées par la Belgique, la France et le Luxembourg à la structure résiduelle Dexia SA et sa filiale française Dexia Crédit Local (DCL).

Ces garanties, d'un montant en principal de maximum 45 milliards d'euros, visent à couvrir les besoins de refinancement du groupe pour une période de trois ans. Les trois pays s'engagent en échange à soumettre dans les trois mois un plan de restructuration du groupe, voire de liquidation si sa viabilité ne pouvait être garantie.

Ce mécanisme de garantie est jugé nécessaire "pour la stabilité financière des Etats membres concernés, eu égard à l'importance systémique de Dexia SA", justifie mercredi l'exécutif européen, tout en formulant "des doutes" sur sa compatibilité avec les règles du marché intérieur. "En particulier car cette nouvelle aide intervient en supplément des aides déjà approuvées dans le cadre du plan de restructuration autorisé par la Commission le 26 février 2010", précise-t-elle.

Suite au premier naufrage du groupe franco-belge à l'automne 2008, la Belgique, la France et le Luxembourg avaient en effet décidé de le recapitaliser à hauteur de 6 milliards d'euros, et de lui apporter leur garantie pour quelque 135 milliards. L'exécutif européen avait approuvé ce premier plan en échange d'un programme de restructuration à l'horizon 2014 visant à réduire l'effet de levier au sein de Dexia ainsi que son portefeuille d'actifs non stratégiques.

"Cependant, la banque a pris du retard dans l'application de ce plan et le déséquilibre de ses sources de financement s'est à nouveau aggravé depuis l'été dernier", pointe encore mercredi la Commission.

Le second naufrage du groupe, survenu fin septembre 2011, a entraîné le rachat et la nationalisation à 100 % de Dexia Banque Belgique par l'Etat belge pour un montant de 4 milliards d'euros, et l'octroi par la Belgique, la France et le Luxembourg de nouvelles garanties au bénéfice de la banque résiduelle pour 45 milliards. Celles-ci sont supportées respectivement à hauteur de 60,5 %, 36,5 % et 3 % par les trois pays.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires