Dette grecque, choc portugais : Dexia prêt à "tout absorber"

11/05/11 à 11:42 - Mise à jour à 11:42

Source: Trends-Tendances

Une restructuration de la dette grecque, dont Dexia détient 3,7 milliards d'euros d'encours, serait "désagréable" mais pas mortel pour la banque franco-belge, assure son patron. Même avec un choc sur le Portugal, "cela laisserait Dexia parmi les groupes européens les mieux capitalisés".

Dette grecque, choc portugais : Dexia prêt à "tout absorber"

© Reuters

Une restructuration de la dette grecque serait "certainement très désagréable, et c'est une hypothèse que je me refuse toujours à considérer, mais c'est tout à fait absorbable par le groupe, a indiqué Pierre Mariani, CEO de Dexia, lors d'une conférence de presse téléphonique mercredi. Cela reste absorbable même avec un choc sur le Portugal."

Pierre Mariani était interrogé par un journaliste sur le scénario d'une restructuration de la dette grecque, évoqué avec de plus en plus d'insistance sur les marchés et par certains économistes, même s'il est démenti jusqu'ici par les autorités.

"C'est une simple règle de trois", a expliqué l'administrateur délégué de Dexia. Pour la Grèce, "vous avez (chez Dexia) 3,7 milliards d'encours multipliés par (un taux de défaut de) 30 %, ou par 20 %, je ne sais pas ce que vous prenez. Donc, on est aux alentours de 1,2 milliard de pertes avant impôts. Cela fait grosso modo 800 millions, disons 900 millions de pertes après impôts, à comparer à 18,5 milliards ou 19 milliards de fonds propres prudentiels."

Pierre Mariani a précisé que le ratio de fonds propres (tier one), significatif de la solidité financière du groupe, pourrait ainsi au final être ramené à 12,8 %, contre 13,4 % fin mars, "ce qui laisserait Dexia parmi les groupes européens les mieux capitalisés".

Interrogé également sur la capacité du groupe à faire face à des chocs pour la dette d'autres pays de la zone euro jugés fragiles par les marchés, le CEO de la banque franco-belge a répondu : "Si vous voulez faire la transposition, nous avons légèrement au dessus de 2 milliards sur le Portugal. Cela reste absorbable même avec un choc sur le Portugal."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires