Des hackers arrêtés pour le piratage de la banque JPMorgan

22/07/15 à 15:38 - Mise à jour à 15:38

Source: Belga

Les autorités américaines et israéliennes ont indiqué avoir procédé à des arrestations et des inculpations liées à une des plus importante escroquerie informatique de l'histoire, avec l'infiltration de plus de 80 millions de comptes de la banque américaine JPMorgan Chase.

Des hackers arrêtés pour le piratage de la banque JPMorgan

JPMorgan © Reuters

Deux hackers israéliens, Gery Shalom et Ziv Orenstein, ont été interpellés et placés en garde à vue mercredi pour 20 jours grâce à la coopération entre l'unité de la police israélienne spécialisée dans la lutte contre la cybercriminalité et le FBI américain, a précisé une porte-parole de la police israélienne. Les autorités américaines ont indiqué qu'elles allaient demander leur extradition.

Les forces de l'ordre américaines ont de leur côté arrêté Yuri Lebedev et Anthony Murgio à leur domicile respectif en Floride (sud), a-t-on appris mardi.

Un cinquième comparse était en fuite, Joshua Samuel Aaron, de nationalité américaine mais vivant en Russie.

Les cinq hommes sont poursuivis par la justice américaine pour blanchiment d'argent, manipulation de cours de bourse et opérations illégales liées à la monnaie virtuelle bitcoin, selon des communiqués publiés mardi et des documents judiciaires consultés par l'AFP.

Ces documents ne mentionnent pas de lien avec l'attaque informatique menée à l'été 2014 contre JPMorgan Chase, mais d'après une source proche du dossier, les noms de deux des inculpés figurent dans la liste des suspects établie par le FBI pour cette attaque.

L'intrusion illégale dans le système informatique de la première banque américaine en termes d'actifs avait touché 76 millions de ménages et 7 millions de PME, avait révélé l'établissement en octobre dernier.

Selon les médias israéliens, ce groupe de hackers est soupçonné d'avoir volé les données de ces comptes et de les avoir ensuite utilisées pour procéder à des achats d'actions par l'intermédiaire d'une société écran, afin de faire monter artificiellement les cours de titres que les suspects avaient achetés au plus bas avant de les revendre au plus haut.

En savoir plus sur:

Nos partenaires