Crédits et épargne battent tous leurs records en Belgique

21/02/11 à 15:19 - Mise à jour à 15:19

Source: Trends-Tendances

Les banques, en octroyant un montant record de crédits hypothécaires et de crédits aux entreprises, "ont continué à jouer pleinement leur rôle dans l'économie", souligne leur fédération. Tandis que le niveau historique de l'épargne belge prouverait la "confiance" du consommateur.

Crédits et épargne battent tous leurs records en Belgique

© Thinkstock

Les crédits octroyés aux particuliers et aux entreprises ont atteint des volumes record en 2010, selon les chiffres rendus publics lundi par Febelfin, la Fédération belge du secteur financier. Un constat qui lui permet d'affirmer que "les banques ont continué à jouer pleinement leur rôle dans l'économie".

Crédits hypothécaires : 163,2 milliards d'euros

Fin décembre 2010, l'octroi de crédits hypothécaires a ainsi franchi un cap, qualifié d'historique, avec un encours total de 163,2 milliards d'euros, contre 151,7 milliards d'euros un an plus tôt. En outre, quelque 60.000 prêts verts ont été octroyés à des particuliers en 2010 pour un total de 690 millions d'euros. Malgré la hausse des crédits, le taux d'endettement des ménages belges, soit 54,7 % du PIB fin 2009, "ne dérape pas" et reste un des plus bas d'Europe, souligne Febelfin.

Crédits aux entreprises : 112,7 milliards d'euros

L'encours des crédits aux entreprises a lui aussi atteint un record, à 112,7 milliards d'euros fin décembre, ce qui correspond à une hausse de 6 % sur base annuelle. Fin 2010, plus de 70 % des crédits bancaires octroyés aux sociétés (non financières) sont allés à des PME.

Epargne : 432,8 milliards d'euros de dépôts

Enfin, le total des dépôts des clients belges et des avoirs en taux d'épargne réglementés ont, enfin, atteint d'identiques records fin septembre 2010, à respectivement 432,8 milliards et 215 milliards d'euros. "La croissance considérable des dépôts au cours de la période écoulée démontre en tout état de cause que le consommateur a confiance en son banquier et dans le système bancaire", en conclut Febelfin.

Contrôle du secteur financier : Febelfin privilégie "un dialogue positif"

Au cours de sa conférence de presse annuelle, la fédération a rappelé avoir oeuvré "sans relâche" et "dans un esprit constructif" à la mise en oeuvre de la nouvelle architecture financière. Concernant le nouveau modèle dit "Twin Peaks" de surveillance du secteur financier, en vigueur à partir du 1er avril 2011 en Belgique, Febelfin entend "privilégier un dialogue positif avec les nouvelles instances de contrôle" tout en souhaitant obtenir des éclaircissements sur les règles et les coûts relatifs à ce nouveau modèle de surveillance.

Le secteur financier, qui entend prêter une oreille attentive aux besoins et demandes des consommateurs, des entreprises et des citoyens, a mis sur pied en 2010, dans cette optique, des plateformes de concertation indépendantes. Un dialogue qui a déjà donné lieu à des réflexions, des recommandations et des actions à mettre en oeuvre.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires