Crédits : cet inquiétant record de Belgique

17/11/11 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

Source: Trends-Tendances

Le nombre d'ouvertures de crédits a progressé de plus d'un million ces 12 derniers mois. Un record jugé "inquiétant" par le Réseau Financement Alternatif, pour qui "les ouvertures de crédit continuent d'entraîner de nombreux Belges sur la piste glissante du surendettement".

Crédits : cet inquiétant record de Belgique

© Thinkstock

Les chiffres de la Centrale des crédits aux particuliers de ces derniers mois sont "pour le moins inquiétants", juge le Réseau Financement Alternatif : "Le nombre de personnes en difficulté ne cesse d'augmenter et l'usage des ouvertures de crédit se généralise en 2011. Les ouvertures de crédit continuent d'entraîner de nombreux consommateurs belges sur la piste glissante du surendettement !"

Le RFA, dans une étude publiée en juillet dernier, prônait déjà, pour sortir de cette situation, "une pratique responsable des prêteurs, combinée à une meilleure information du public sur les risques liés aux crédits indispensables".

Ouvertures de crédits : un bien inquiétant record

Une augmentation de plus d'un million d'ouvertures de crédits a été enregistrée lors des 12 derniers mois auprès de la Centrale des crédits aux particuliers, registre national des bons et mauvais payeurs. La hausse la plus spectaculaire a eu lieu au mois d'octobre, où 412.185 nouveaux contrats ont été signés, soit près de cinq fois plus par rapport à la moyenne mensuelle des 12 mois précédents, précise le Réseau Financement Alternatif.

Le nombre de contrats de crédits impayés a également augmenté en 2011 pour s'élever à 534.050 contrats défaillants fin octobre, tout comme les ventes à tempérament, qui ont augmenté de 3 % par rapport à 2010. Seuls les crédits hypothécaires et les prêts à tempérament ont connu une évolution inférieure par rapport à l'an dernier.

Problème :"Le plus souvent, les arguments utilisés ne permettent pas aux consommateurs de mesurer avec pertinence le coût et les risques liés à l'ouverture de crédit, déplore le RFA dans un communiqué. Ils peuvent les inciter à opter pour ce type de crédit alors qu'il est parfois mal adapté à leurs besoins réels."

L'étude du Réseau Financement Alternatif révèle notamment que plus de 58 % des personnes précarisées qui disposent d'une ouverture de crédit s'en servent pour des achats quotidiens au supermarché, et 8,3 % pour payer des factures d'énergie. Cette souplesse a un coût : le taux d'une ouverture de crédit se situe entre 13 % et 19 % par an. Tant que l'emprunteur rembourse mensuellement une somme, en général 5 % du solde restant dû, il peut continuer de puiser allègrement dans sa réserve d'argent.

Deux solutions (simples) pour réduire les risques des "crédits trop faciles"

Le prêteur, qu'il s'agisse d'un banquier ou d'un vendeur en grand magasin, est rarement très regardant quant aux capacités de remboursement de l'emprunteur. Le Réseau Financement Alternatif recommande notamment de renforcer les mesures permettant de proposer un crédit adéquat en exigeant des prêteurs qu'ils remplissent leur devoir de conseil, et de développer l'éducation financière à destination du grand public.

"Des recommandations qui semblent avoir été entendues par les députés cdH Josy Arens et Annick Van Den Ende qui ont déposé le mois dernier une proposition de loi en ce sens."

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires