Compte épargne: êtes-vous prêt à prendre un risque?

13/03/14 à 11:43 - Mise à jour à 11:43

Source: Trends-Tendances

Les comptes épargne ne rapportent plus rien. Pire selon le quotidien Le Soir, le rendement proposé par près de la moitié des comptes épargnes (47%) ne couvre même pas l'inflation...

Compte épargne: êtes-vous prêt à prendre un risque?

© Thinkstock

Le Belge est un épargnant dans l'âme, mais il a bien du mal actuellement à savoir à quelle banque se vouer.

Selon le site www.guide-epargne.be, les grandes banques opérationnelles sur notre territoire sont même de "mauvais élèves" en matière de taux (taux de base et prime de fidélité cumulés) quant au livret d'épargne. Alors que faut-il faire pour ne pas voir son épargne disparaître, rongée par l'inflation ?

Et si la solution était les petites banques en ligne, nouvelles venues dans le paysage banquier belge ? Peut-être, mais avec prudence !

Mais prudence... Prudence, car on peut s'interroger sur la fiabilité de ces banques, c'est-à-dire de leur solvabilité en cas de crise, ou formulé autrement : récupérerez-vous votre épargne si cette banque fait faillite.

Les Etats membres de l'espace économique européen doivent normalement garantir les 100.000 premiers euros mis en dépôt dans leurs banques. Qu'en est-il de cette "garantie" quand on prend les 5 premiers comptes du Top5 de www.guide-epargne.be ?

Ainsi, pour les épargnants intéressés par MeDirect, en cas de faillite, c'est le système maltais qui doit les couvrir. Malte faisant partie de l'Union européenne, la protection des Etats membres s'applique donc normalement aux 100.000 premiers euros déposés sur un compte.
Normalement, car il y a déjà eu un précédent en Islande, au moment de la crise des subprimes. L'Islande a refusé de rembourser les épargnants étrangers et le tribunal de l'Association européenne de libre-échange lui a reconnu ce droit. Bref, mieux vaut se montrer prudent et s'informer.

MoneYou et Evi, les deux formules d'épargne bataves dont les maisons-mères sont respectivement ABN Amro et Van Lanschot, rassurent peut être un petit peu plus, ne fut-ce que par leur proximité géographique. En cas de pépin, c'est l'Etat hollandais qui irait de sa poche.

Reste la cas des comptes Banca Monte Paschi Belgio.
Selon Le Soir, la banque italienne ne serait pas au mieux de sa forme...
Seule "consolation" (ou sécurité ?) en cas de faillite de celle-ci c'est l'Etat belge qui devra rembourser les 100.000 premiers euros aux épargnants belges, l'Italie n'ayant aucune obligation envers eux.

Nos partenaires