Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

16/11/17 à 15:23 - Mise à jour à 15:23

'Comment les entreprises zombies ont envahi l'Europe'

En dix ans, les entreprises zombies se sont multipliées en Europe, au point de mettre en péril un grand nombre de sociétés saines. Mais au fait, c'est quoi exactement une entreprise zombie ?

'Comment les entreprises zombies ont envahi l'Europe'

© Reuters

Cela fait dix ans que la crise des subprimes a éclaté. Depuis lors, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, et fort heureusement, le pire ne s'est pas produit. D'ailleurs, la Commission européenne vient même de revoir à la hausse la croissance pour l'année 2017.

Au printemps dernier, la Commission pensait que la croissance en zone euro serait de 1,7%. Au final, elle découvre qu'elle sera plutôt de 2,2%. Mais évidemment, on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs. Et l'omelette de la croissance a pu voir le jour parce que la Banque Centrale européenne a fixé artificiellement nos taux d'intérêt à 0%.

L'idée était de donner un coup de pouce aux consommateurs pour qu'ils dépensent leurs sous et n'épargnent pas. Et l'idée était également d'inciter les entreprises à investir, vu que le loyer de l'argent n'était pas cher. Pour les épargnants, cette forme de répression financière - c'est comme cela que les économistes l'appellent - s'est soldée par une perte de 5 milliards d'euros en 2017 pour les Belges, si l'on tient compte de l'inflation. En clair, les épargnants qui ont laissé dormir leur argent sur un livret d'épargne ont en moyenne perdu de l'argent, et au niveau national cette perte s'élève à 5 milliards d'euros ! Voilà pour une des conséquences négatives des taux d'intérêt fixés artificiellement très bas par la BCE.

Partager

Des entreprises en difficultés ont été maintenues en vie artificiellement par des banques elles-mêmes en mauvaise posture

Mais le Wall Street Journal a découvert un autre inconvénient des taux d'intérêt bas: les entreprises zombies. Une entreprise zombie est une société qui a au moins dix ans, qui est cotée en Bourse et a des charges d'intérêt supérieures à ses bénéfices avant intérêt et impôt (définition de la BRI). Le problème, c'est que ces entreprises zombies sont très nombreuses en Europe. D'après le Wall Street Journal, elles représenteraient 10% des sociétés dans six pays importants de la zone euro. Et ce qui est très embêtant, c'est que ces entreprises zombies pratiquent souvent des prix plus bas que ceux de leurs concurrents et elles empêchent donc de nouveaux concurrents d'arriver. Bref, ces entreprises ne doivent leur survie qu'à des taux d'intérêt artificiellement bas, et elles posent un problème aux entreprises normales qui, elles, doivent se battre sans cet avantage.

En Italie, par exemple, tout le monde connaît la qualité des vêtements de la marque Stefanel. Mais les banquiers connaissent cette marque sous un autre angle. Il s'agit pour eux d'une marque zombie, car sur les dix dernières années, elle a perdu de l'argent neuf ans d'affilé. De plus, elle a dû restructurer sa dette six fois au moins. C'est un exemple parmi des centaines qui montre que durant cette crise qui dure depuis dix ans maintenant, des banques en mauvaise posture ont elles-mêmes maintenu en survie des entreprises en difficultés. Dans le cas de la marque italienne de vêtements, sa banque était Monte dei Paschi di Siena, qui a été nationalisée par l'État italien pour éviter sa faillite.

Ce genre de cas fait dire à quelques observateurs que cette crise ne s'est pas déroulée selon les principes du capitalisme normal. Autrement dit, quand une entreprise va mal, elle met la clé sous le paillasson et c'est fini. Ces mêmes observateurs pensent que nous ne sommes plus dans un système de capitalisme pur, mais dans un capitalisme de connivence, de copains. La facture n'arrive qu'aujourd'hui, car toutes ces entreprises zombies, qui auraient dû disparaître pendant la crise, restent là et posent des soucis à celles qui vont bien puisque pour survivre, elles jouent sur les prix. Elles faussent donc la concurrence lorsqu'elles ne mettent pas carrément en péril des entreprises plus saines, mais qui n'ont pas eu la chance de bénéficier des béquilles de l'État ou de banques aux abois !

En Espagne et en Italie, le nombre d'entreprises zombies a triplé en dix ans. C'est très mauvais signe !

Nos partenaires