Comment investir dans le contexte économique actuel?

22/10/14 à 14:21 - Mise à jour à 14:21

Source: Trends-Tendances

Guy Wagner, Chief Economist à la Banque de Luxembourg, était de passage à Bruxelles. L'occasion de faire (ou refaire) le point sur la récente correction qu'ont connue les marchés et sur les opportunités d'investissement possibles actuellement.

Comment investir dans le contexte économique actuel?

© Site de la Banque de Luxembourg

Depuis quelques années, notre économie est dans un cycle de désendettement, après avoir cumulé les dettes, il faut tenter de les apurer. Mais ce désendettement n'est pas favorable à une reprise de la croissance... C'est pour cela qu'une reprise économique digne de ce nom n'est pas à l'ordre du jour, estime Guy Wagner.

De plus, le taux d'inflation dans la zone euro est proche de zéro et il pourrait bien passer en dessous de ce seuil. On connaîtra alors une période de déflation avec tout ce que cela entraîne de négatif sur une reprise économique... Un cercle vicieux qu'il n'est pas aisé de briser.

Pour les économistes de la Banque de Luxembourg, cela signifie que les taux d'intérêt resteront encore fort bas dans un futur proche. "Cela ne veut pas dire que ces taux ne peuvent pas remonter, précise Guy Wagner. Il suffirait que les banques centrales remontent un peu leurs taux directeurs pour que cela change." Avec un taux directeur historiquement bas et abaissé régulièrement pour tenter de redresser la courbe de la croissance, la BCE sera "obligée" de remonter ce dernier. Mais encore une fois, cela ne semble pas être une option qui pourrait être choisie à très court terme.

Depuis 2012, les marchés boursiers ont été soutenus par un vent haussier, alors que les bénéfices des entreprises ne suivaient pas toujours cette courbe montante. Cette bonne santé des places de marchés a été possible grâce, notamment, à ces taux relativement bas. "Ainsi, la correction qu'ont subie les marchés financiers la semaine passée est normale, et plutôt saine vu la situation actuelle", souligne Guy Wagner. Pour lui, elle aurait même pu être un peu plus importante sans que cela ne devienne problématique. "Comme toujours dès qu'il y a une correction, les gens prennent peur. Ceux qui voulaient acheter reportent et ceux qui ont acheté veulent vendre... Or le contexte économique actuel est relativement incertain. Aujourd'hui, personne ne peut prévoir ou prétendre savoir comment cela va se résoudre."

Comment investir ?

Le problème vient des investisseurs, en quête d'immédiateté et sans aucune vision à long terme, or la Bourse c'est du long terme. Tout d'abord, il faut abandonner cette vision à court terme qui caractérise une majorité de particuliers, qui veulent investir plutôt que de laisser leur argent sur un carnet d'épargne. "Il faut oublier cette obsession d'acheter des actions pour faire des plus-values très rapidement." Et de rappeler que quand on achète une action, on devient copropriétaire en quelque sorte de l'entreprise. "Quand on est propriétaire, on voit à long terme, pas à court terme."

Pour le Chief Economist de la Banque de Luxembourg, il faut bien évidemment un portefeuille varié afin qu'il tienne la route dans les différents scénarios dans lesquels le contexte économique imprévisible pourrait mener les investisseurs. Pour lui, les actions doivent toujours constituer le coeur de ce portefeuille. Oui, mais pas n'importe quelles actions, des actions de qualité : "Des actions émanant d'entreprises solides et faiblement endettées. Des actions de qualité donc, si possible à prix 'raisonnables'". Et pour contrebalancer quelque peu les risques, des emprunts d'Etat à très long terme.

"Si on ne veut pas acheter d'actions, il faut en accepter les conséquences. Le danger n'est pas tant les actions, mais bien que, sous prétexte de ne pas vouloir en acheter, les gens achètent n'importe quoi comme obligations..." Par manque d'alternative donc, la priorité reste aux actions.

Et de conclure : "Mais il faut oublier les rendements de 10 ou 15% par an, un 7% par an est un rendement plus réaliste et une proposition intéressante vu le contexte actuel, renchérit Guy Wagner. Il faut savoir sacrifier un peu de sécurité à court terme pour gagner un peu sur le long terme."

En savoir plus sur:

Nos partenaires