Chute des dépôts à la BCE : faut-il s'en inquiéter ?

19/01/12 à 13:40 - Mise à jour à 13:40

Source: Trends-Tendances

Les dépôts des banques européennes à la BCE ont chuté, après avoir accumulé les records ces dernières semaines. Certains analystes s'en inquiètent et y voient un signe flagrant du dysfonctionnement permanent du marché des prêts interbancaires.

Chute des dépôts à la BCE : faut-il s'en inquiéter ?

© Bloomberg

Les banques de la zone euro ont déposé 395,327 milliards d'euros auprès de la Banque centrale européenne entre mercredi et jeudi. Ce montant, toujours élevé, chute néanmoins par rapport aux records inscrits en début de semaine. Pendant deux nuits de suite, les banques avaient en effet entassé plus de 500 milliards d'euros dans les coffres de la BCE, des montants à leur plus haut niveau historique.

Depuis des semaines ces dépôts à très court terme (24 heures), bien que très faiblement rémunérés à 0,25 %, restent à des niveaux très élevés. Les banques, qui se soupçonnent les unes les autres d'avoir accumulé des obligations d'Etats en difficulté, et doutent donc de la solvabilité de leurs concurrentes, ne veulent plus se prêter d'argent mutuellement.

Chute des dépôts des banques à la BCE : simple retour à la normale ?

Certains économistes parmi les plus inquiets y voient un signe flagrant du dysfonctionnement permanent du marché des prêts interbancaires ou de la réticence des établissements de crédit à prêter aux entreprises, aux ménages et aux Etats.

Pour d'autres, la situation est appelée à se normaliser. Les dépôts auraient surtout gonflé le temps que les banques mettent en circulation le colossal prêt de 489 milliards d'euros sur trois ans et au taux de 1 %, qui leur a été accordé fin décembre par la BCE.

Cette opération de prêt, qui avait vu affluer plus de 500 banques européennes, était une première dans l'histoire de l'institution, qui cherche à maintenir à flot un système interbancaire européen en partie asphyxié en raison de la crise de la dette.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires