Certaines banques doivent tomber!

24/10/13 à 11:19 - Mise à jour à 11:19

Source: Trends-Tendances

C'est Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, qui le dit. On ne les éliminera pas pour le plaisir, mais pour faire la preuve de la crédibilité du contrôle opéré par la BCE.

Certaines banques doivent tomber!

© Reuters

Cette déclaration un peu fracassante s'inscrit dans le cadre de la publication, par la banque centrale, de son programme d'examen des 128 plus importantes banques de la zone euro. En prélude à son nouveau rôle de superviseur du secteur bancaire, qu'elle endossera officiellement en novembre 2014, la BCE va en effet réaliser des "stress tests" durant une bonne partie de l'année prochaine.

Si Mario Draghi insiste aussi lourdement sur la crédibilité de l'opération, c'est que les tests précédemment menés en Europe avaient laissé un goût amer. On se souvient tout particulièrement de ces banques irlandaises ayant réussi l'épreuve haut la main... quelques semaines à peine avant que Dublin doive voler à leur secours pour leur éviter la faillite. Idem pour Dexia.
Membre du comité exécutif de la BCE, Joerg Asmussen n'a pas hésité à déclarer : "C'est notre troisième et dernière chance de restaurer la confiance". La BCE va donc réaliser des examens beaucoup plus approfondis que ceux menés en 2011 par l'European Banking Authority. Le vocable stress tests n'a donc pas la même signification que naguère. Les tests de résistance proprement dit n'auront lieu qu'en phase finale, précédés d'abord d'un examen de la solidité des banques et, en suite, d'une analyse de la qualité de leurs actifs. La publication des résultats est prévue pour octobre 2014. On saura alors quelles institutions devront être recapitalisées... ou même éliminées ?

Guy Legrand

Nos partenaires