BNP Paribas Fortis compte encore sabrer dans ses effectifs

08/11/16 à 07:24 - Mise à jour à 13:45

Source: Belga

BNP Paribas Fortis compte procéder à 250 départs anticipés entre juillet 2017 et fin 2018, rapporte L'Echo mardi. En début d'année, la banque avait déjà annoncé un plan prévoyant le départ de 260 personnes entre début 2016 et mi-2017.

BNP Paribas Fortis compte encore sabrer dans ses effectifs

Le siège social de BNP Paribas Fortis à Bruxelles. © PG

Le bancassureur a pris une provision de 45 millions d'euros dans son budget pour ses 250 prépensions supplémentaires.

Le précédent plan visait les employés âgés de 57 ans, voire même 55 et 56 ans, sous certaines conditions, avec 25 ans d'ancienneté.

Quelque 1.250 travailleurs de l'entreprise rentreraient dans ces conditions l'an prochain, principalement dans le réseau d'agences et dans les fonctions du groupe.

En cinq ans, 4.568 équivalents temps plein ont disparu chez BNP Paribas Fortis.

Les syndicats confirment que ce nouveau plan de départs est sur la table des négociations. "Celui-ci est proposé dans un cadre conventionné, contrairement à ce qui se passe chez ING", explique Jean-Michel Cappoen, secrétaire général du Setca.

"La direction de BNP Paribas Fortis présente des objectifs pour les années 2017 et 2018 avec son lot de départs et d'engagements et nous établissons ensuite une convention garantissant qu'il n'y aura pas de licenciements secs", précise le syndicaliste socialiste. Le précédent accord, qui concerne 260 personnes, viendra ainsi à échéance en juin prochain. De telles négociations ont lieu tous les deux ans.

"Il est fort possible que ce nouveau plan de départs anticipés devienne réalité", confirme Pascal Detienne, délégué CGSLB. "Nous espérons toutefois que ce seront de vraies négociations. Donner c'est une chose mais il faut aussi recevoir une contrepartie. Nous n'accepterons pas de diktat", prévient-il.

"Se séparer des travailleurs via des départs anticipés relève d'une manière encore relativement élégante, tant que ceux-ci sont réellement volontaires", concède encore le syndicaliste libéral.

Les discussions entre syndicats et direction viennent de débuter et devraient aboutir à la fin de l'année, voire début 2017, selon le Setca et la CGSLB.

En savoir plus sur:

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires