Bénéfice net en baisse de 1,2% pour HSBC en 2015

22/02/16 à 08:02 - Mise à jour à 08:03

Source: Afp

Le géant bancaire HSBC a publié lundi un bénéfice net en recul de 1,2% sur l'exercice 2015. Il évoque des "bouleversements" de l'économie mondiale, en particulier la chute des cours des matières premières et l'essoufflement chinois.

Bénéfice net en baisse de 1,2% pour HSBC en 2015

© VINCENT ISORE/BELGAIMAGE

Le bénéfice du groupe, qui vient d'annoncer qu'il ne transférerait pas son siège de Londres à Hong Kong, est ressorti à 13,52 milliards de dollars, selon un communiqué à la Bourse de Hong Kong. Le chiffre d'affaires s'est lui effrité de 2,36%, à 59,8 milliards de dollars.

Dans le communiqué, le président de la banque, Douglas Flint, qualifie la performance de son groupe de "globalement satisfaisante". Et ce en dépit d'un bénéfice avant impôt de 18,9 milliards de dollars en 2015, alors que les analystes tablaient sur 21,8 milliards.

HSBC enregistre au 4e trimestre une perte avant impôts de 858 millions de dollars. Cinq analystes interrogés par Bloomberg avaient en moyenne tablé sur un bénéfice avant impôt de 1,95 milliard.

Ebranlée par les scandales et des résultats financiers décevants, la banque HSBC avait annoncé en juin qu'elle se séparait de près de 50.000 employés dans le cadre d'un plan de restructuration planétaire. Celui-ci incluait la vente de ses activités au Brésil et en Turquie.

Cette cure d'amaigrissement visait à libérer des moyens afin de permettre à la plus grande banque européenne de s'ancrer davantage en Asie. Dans le communiqué, le directeur général, Stuart Gulliver, affirme que ces mesures de réduction des coûts ont "d'ores et déjà un impact".

Mais le groupe annonce aussi qu'il conservera finalement ses activités en Turquie. "Nous avons reçu de nombreuses propositions pour nos activités en Turquie depuis juin, mais aucune n'est apparue comme étant dans l'intérêt des actionnaires. Nous avons par conséquent décidé de conserver et de restructurer nos opérations en Turquie", a déclaré M. Gulliver.

De son côté, M. Flint a indiqué que la cession des activités brésiliennes était presque achevée.

En savoir plus sur:

Nos partenaires