BCE vs banques : l'heure des comptes a sonné

10/05/12 à 16:27 - Mise à jour à 16:27

Source: Trends-Tendances

La Commission européenne s'apprête à demander aux banques du Vieux Continent ce qu'elles ont fait des 1.000 milliards d'euros prêtés récemment par la BCE. Une double opération de crédit qui n'a visiblement pas eu l'effet escompté.

BCE vs banques : l'heure des comptes a sonné

© Reuters

L'heure des comptes a enfin sonné: la Commission européenne s'apprête à demander aux banques ce qu'elles ont fait des 1.000 milliards d'euros libérés par la BCE en décembre et février, à l'occasion des deux opérations de refinancement à trois ans. Ces dernières, qui avaient pour but de relancer l'économie et d'inciter les banques à continuer à financer les Etats en achetant de la dette, n'ont visiblement pas eu l'effet escompté.

Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a en effet affiché sa déception mercredi dernier, reconnaissant qu'il espérait voir l'opération profiter davantage à l'économie réelle. Et selon Le Monde, Michel Barnier, le commissaire au marché intérieur, aurait demandé au président de l'Autorité bancaire européenne, Andrea Enria, de s'intéresser à l'usage qu'ont fait les établissements financiers de ces prêts bonifiés. Il a aussi déposé un amendement à la directive européenne sur les liquidités bancaires qui "impose aux banques d'isoler les profits qu'elles ont réalisés en investissant dans des titres rémunérateurs les liquidités à faible coût de la BCE, et oblige que ces bénéfices ne puissent être inclus dans le calcul des bonus".

Encore plus récemment, c'est l'équipe du nouveau président, François Hollande, qui s'est intéressée sérieusement à la question. "Il va falloir revenir sur cette opacité des banques. Ce sujet peut-être traité dans une loi de régulation financière par exemple", indiquait Nicole Bricq, chargée des questions fiscales.

Resserrement du crédit

Alors à quoi ont servi ces 1000 milliards d'euros ? A priori, pas à renforcer le crédit bancaire, comme l'espérait, pas vraiment secrètement, Mario Draghi. Entre janvier et mars, les nouveaux crédits aux entreprises ont en effet fondu de près de 14 milliards d'euros en Europe (à 679 milliards), quand l'enveloppe des nouveaux prêts aux ménages s'est réduite de 5 milliards d'euros (à 236,5 milliards d'euros). Selon une récente étude de la BCE, 9% des banques ont encore resserré les conditions de crédit aux entreprises au premier trimestre, alors que 35% d'entre elles l'avaient déjà fait fin 2011.

Détente sur les taux souverains

En revanche, comme c'était prévu, une partie de la manne a permis de soulager -pendant un temps au moins- le niveau des dettes souveraines européennes. Cela a été très visible pour l'Espagne et pour l'Italie, qui ont vu la pression sur leur dette se réduire considérablement après les deux opérations.

Il faut dire que financièrement l'affaire était plutôt juteuse pour les banques, qui ont emprunté à 1% auprès de la BCE pour refinancer des Etats avec des taux compris entre 3 et 6%. Les établissements espagnols notamment se sont jetés sur cette aubaine: ils ont acheté 32 milliards d'euros d'actifs publics en janvier et 22 milliards en décembre. Mais désormais les tensions sur les taux des obligations d'Etat des pays fragiles ont refait surface, et remettent donc en cause l'utilité de l'opération.

Faire face à la dette obligataire des banques

En réalité, aujourd'hui une grosse partie la somme allouée aux banques est revenue sagement dans les coffres de la Banque centrale européenne. Durant les quatre derniers mois, le montant des dépôts des banques auprès de la BCE est en effet passé de 413 à 801 milliards d'euros. Comme si celles-ci étaient terrorisées à l'idée de prêter ou de se prêter de l'argent. "Il ne faut pas oublier que les banques de la zone euro ont 600 milliards d'euros de dette obligataire qui arrivent à maturité en 2012, et les Etats de la zone euro 800 milliards. C'était d'ailleurs le principal objectif de la BCE: permettre aux banques de faire face à leurs engagements pour éviter qu'elles ne fassent faillite", explique Christophe Nijdam analyste chez AlphaValue.

Manque de transparence

Finalement, il est donc encore un peu tôt pour savoir si cet argent ira ou non financer l'économie. Tout dépendra surtout de ce que les banques feront de leurs dépôts à la BCE : rembourser leur dette obligataire ? Les placer à des taux supérieurs à ceux de la BCE ? Ou encore les affecter au crédit bancaire ?

N'en ressort pas moins que dans cet exercice, les banques françaises n'ont pas brillé par leur transparence. A la différence de certaines de leurs homologues européennes, ces dernières n'ont jamais voulu révéler les montants qu'elles sont allées chercher au guichet de la BCE. Selon des rumeurs, c'est l'Autorité de Contrôle Prudentiel qui le leur aurait conseillé, pour éviter de nourrir la stigmatisation ambiante. Pas sûr que cette stratégie soit la bonne. Surtout quand on sait que certains établissements, comme la BNP, avaient annoncé dès le départ qu'ils n'avaient pas besoin de cette opération pour se financer !

"Il semblerait que les banques françaises, qui ont encore des problèmes de liquidité, soient allées lourdement au guichet de la BCE, juste derrière les espagnoles et les italiennes", explique Christophe Nijdam. Dans ces conditions, la moindre des choses aurait été de les obliger à révéler la destination de cet argent. Au risque sinon de relancer une énième fois la polémique sur le rôle de la BCE...

Julie de la Brosse, L'Expansion.com

Nos partenaires