Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/09/16 à 15:21 - Mise à jour à 15:20

'Après la Wallonie et Caterpillar, les banques et la Flandre ?'

Le monde de la banque et de l'assurance n'est pas au mieux de sa forme, en Belgique comme en Europe. On l'a vu avec la restructuration chez AXA (départ programmé de 600 collaborateurs), ainsi que chez l'assureur P&V (300 départs étalés dans le temps). Et on risque de le voir bientôt chez ING...

'Après la Wallonie et Caterpillar, les banques et la Flandre ?'

© BELGA

A lire aussi: Restructuration en vue chez ING Belgique, les syndicats suspendent la concertation sociale

Aujourd'hui, tous les regards sont tournés vers ING. D'abord, parce que les résultats de la banque n'ont pas été extraordinaires vu que le bénéfice avant impôts a diminué de 5% pour le premier semestre 2016. Et encore, selon le Trends néerlandophone, le résultat aurait même reculé d'un quart s'il n'y avait pas eu un remboursement de TVA unique de 116 millions d'euros. Bref, la marge d'ING est sous pression, comme c'est d'ailleurs le cas pour toutes les autres banques. Par conséquent, la direction cherche divers moyens de réduire ses coûts.

L'une des pistes évoquées est de voir s'il est possible de réduire le réseau d'agences et de parallèlement faire changer de statut des collaborateurs salariés pour les faire passer sous le statut d'indépendants.

Et pour favoriser l'extension de ce réseau d'indépendants, l'une des idées mises sur la table consiste à voir si ING peut absorber sa filiale Record Bank qui jusqu'à présent était un canal de distribution séparé.

Partager

Qui va encore plus d'une fois par an dans son agence bancaire ?

Bien entendu, lorsque les journalistes posent ce genre de questions au service communication de la banque, la réponse est du genre: nous ne faisons pas de commentaires sur des spéculations ou des rumeurs... Mais ce service ajoute que ce n'est un secret pour personne que les banques traversent une période difficile et qu'elles devront adapter leur structure de coûts.

Le réseau, c'est une évidence qu'il est sous pression. Qui va encore plus d'une fois par an dans son agence ? Quant au personnel, il est clair que la numérisation globale de la société et l'essor des applications bancaires mises au service des clients font que les banques peuvent personnaliser leurs services sans avoir besoin d'autant de personnel que par le passé. Mais il ne s'agit pas seulement de viser les agents au guichet, le personnel d'encadrement au siège central est également concerné.

On a beaucoup parlé de Wallonie ces derniers temps, via la triste affaire de Caterpillar, ici, ce sera probablement plus la Flandre qui fera les frais de ces restructurations dans le monde financier. Affaire à suivre donc...

En savoir plus sur:

Nos partenaires