Après Caterpillar, 3.000 emplois menacés chez ING

29/09/16 à 10:05 - Mise à jour à 14:39

Source: Trends-Tendances

Le groupe néerlandais ING, qui emploie 52.000 personnes à travers le monde, dont un peu moins de 9.000 en Belgique, s'apprête à annoncer début de semaine prochaine une importante restructuration. Cette dernière devrait toucher de plein fouet les troupes belges.

Après Caterpillar, 3.000 emplois menacés chez ING

© DR

A Bruxelles, la direction a en effet donné rendez-vous aux syndicats ce lundi 3 octobre. Un conseil d'entreprise est prévu très tôt le matin au siège bruxellois de la banque, avenue Marnix. Vu l'heure inhabituelle à laquelle celui-ci a été mis à l'agenda, on peut s'attendre à des annonces qui auront des conséquences importantes pour l'emploi.

Selon certaines rumeurs, pas moins de 3.000 personnes seraient concernées par ce nouveau plan d'économie d'envergure mondiale décidé à Amsterdam. On parle de fusionner le réseau ING Belgique avec celui de Record Bank, on évoque le passage sous le statut d'indépendant d'une partie, voire de la totalité des agences, etc.

Seule certitude : ING Belgique a présenté dans le courant du mois d'août un résultat avant impôts pour le premier semestre en recul de 5 % (à 588 millions d'euros). Comme toutes les banques, l'enseigne au lion orange évolue dans un environnement de plus en plus difficile (taux bas, croissance molle, révolution numérique, etc.). Dans ce contexte où les revenus sont sous pression, les banques font tout ce qu'elles peuvent pour comprimer les coûts au maximum. Et comme il est difficile d'économiser du côté de l'informatique vu la digitalisation croissante des services financiers, la première variable d'ajustement reste le personnel. Chez ING, comme ailleurs. Affaire à suivre...

Lire aussi: Banques: le secteur ressemble de plus en plus à la sidérurgie des années 1970...

Nos partenaires