Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

18/05/18 à 11:20 - Mise à jour à 11:20

Adieu le cash?

Les géants du Web comme Apple ou Facebook rêvent d'un monde sans cash et les victimes de ce rêve ne seront pas les banques, mais Visa et Mastercard.

Adieu le cash?

© AFP

Mes confrères du site Atlantico.fr ont raison de rappeler que Tim Cook, le patron d'Apple, a coutume de dire qu'il espère voir de son vivant la mort du cash, et au rythme où les choses vont, son voeu risque bien de se réaliser.

D'ailleurs, le marché du paiement et donc de la banque intéresse fortement les géants de la Silicon Valley. Prenez le cas d'Alexa, l'assistant vocal personnel d'Amazon, il sera bientôt capable de gérer un compte bancaire Amazon. Apple, de son côté, va lancer d'ici peu une carte de crédit sous la marque Apple Pay. Quant à Facebook, le premier réseau social mondial, il n'est pas en reste puisque ses équipes d'ingénieurs planchent sur une nouvelle monnaie virtuelle pour pouvoir payer sur le réseau social.

Bref, la finance intéresse de plus en plus les géants du Web, et les banques n'ont pas trop peur de voir ces géants arriver sur leurs platebandes. Pourquoi ce calme, alors que ces entreprises mordent sur leur territoire ? La réponse est que le secteur bancaire est un secteur très réglementé, très protégé par le législateur, et c'est normal, c'est notre épargne qui est en jeu. Or, les GAFAM - les fameux Google, Apple, Facebook, Amazon et autre Microsoft - ont une sainte horreur de la réglementation. L'actualité le montre chaque jour, ces géants passent leur vie, c'est même dans leur ADN, à essayer de contourner les législations, qu'elles soient fiscales ou relatives à la protection des données personnelles.

Partager

Google et autres Apple essaient de tisser des liens de collaboration avec les banques pour se lancer dans le monde du paiement virtuel : un monde sans cash.

Donc, les banques, qui se plaignaient après la crise d'être trop réglementées, devraient dire merci au régulateur, car sans lui, elles seraient déjà avalées par ces géants d'Internet. Car à défaut de remplacer les banques, les Google et autres Apple essaient de tisser des liens de collaboration avec elles pour se lancer dans le monde du paiement virtuel : un monde sans cash. C'est, par exemple, le cas avec le compte bancaire d'Amazon qui sera proposé en duo avec une grande banque américaine, sans doute JP Morgan. Dans la même veine, Atlantico.fr rappelle qu'Apple lance sa carte de crédit avec la prestigieuse banque d'affaire Goldman Sachs. La banque des puissants de ce monde s'y retrouve, car sa direction a compris que la banque d'affaires allait s'essouffler et qu'il fallait chercher l'argent ailleurs, et notamment dans la banque de détail. Or, justement en s'alliant avec Apple, Goldman Sachs peut entrer plus vite sur ce marché.

Pour conclure, l'entrée d'Apple, Google, Samsung ou Facebook sur le marché du paiement ne fera pas des victimes du côté des banques, comme on l'imaginait, mais plutôt du côté des consortiums comme VISA ou MasterCard. Comme quoi, les perdants ne sont pas toujours ceux que l'on croit souligne Atlantico.fr.

En savoir plus sur:

Nos partenaires