ABN AMRO accueillie favorablement pour son retour en Bourse

20/11/15 à 11:22 - Mise à jour à 11:21

Source: Belga

Le retour en Bourse d'ABN AMRO a été positivement reçu par les investisseurs. La banque qui avait été nationalisée en 2008, en plein coeur de la crise financière, a ouvert en hausse de 2,39%, à 18,18 euros l'action alors que son cours d'introduction était fixé à 17,75 euros.

ABN AMRO accueillie favorablement pour son retour en Bourse

/ © Reuters

L'entrée en Bourse d'ABN AMRO a généré un rendement de 3,3 milliards d'euros, selon les premières informations disponibles. L'Etat proposait à la vente 188 millions de certificats de parts. Il s'agit de la plus grande entrée en Bourse bancaire en Europe depuis que la Russe VTB a levé 6 milliards d'euros il y a huit ans.

La banque néerlandaise, qui a beaucoup changé depuis 2008, a offert 20% de son capital aux investisseurs. Si l'opération est un succès lors de cette première tranche, et c'est le cas selon l'agence Bloomberg, les banques chargées de coordonner cette entrée en Bourse peuvent exercer leurs options pour vendre 3% d'actions supplémentaires.

Afin d'éviter que seuls les plus importants fonds d'investissements et autres investisseurs "institutionnels" ne mettent la main sur les actions d'ABN Amro, 10% d'entre elles ont été réservées pour des investisseurs particuliers aux Pays-Bas.

Selon le gouvernement, la nationalisation du groupe a coûté quelque 22 milliards d'euros. Les médias néerlandais, citant des calculs de la Cour des comptes, évoquent jusqu'à 32 milliards d'euros.

ABN Amro s'est métamorphosée depuis son rachat en 2007 par un consortium formé par Banco Santander, RBS et Fortis. L'offre d'achat, de 71 milliards d'euros, était l'une des plus importantes de l'histoire du secteur bancaire, mais s'est avérée lourde à digérer pour les acheteurs. Le belgo-néerlandais Fortis avait mis la main sur les activités néerlandaises d'ABN Amro, mais avait à son tour été démantelé en octobre 2008 au coeur de la crise financière, pour éviter sa faillite.

En savoir plus sur:

Nos partenaires