Baisse utilisation des titres-services: la FGTB présente des chiffres contradictoires

08/10/13 à 11:14 - Mise à jour à 11:14

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le syndicat FGTB Titres-Services a contesté les chiffres avancés mardi dans la presse par la fédération sectorielle Federgon sur une baisse de l'utilisation des titres-services, le syndicat socialiste dénonçant même "la désinformation" de Federgon.

Baisse utilisation des titres-services: la FGTB présente des chiffres contradictoires

Selon la fédération sectorielle, le nombre de titres-services employés pour du travail domestique a baissé en août, pour la première fois depuis le lancement du système. Concrètement, 7,7 millions de titres-services ont été employés en août 2013, contre plus de 8 millions un an auparavant, soit une baisse de près de 4%. Federgon explique ce revirement par les hausses de prix successives des titres-services et la mauvaise conjoncture. En réaction, la FGTB Titres-services parle pour sa part d'informations "totalement erronées" et servant "manifestement d'autres intérêts". Le syndicat avance également d'autres chiffres. "Entre janvier 2012 et août 2012 inclus, 74.691.222 chèques ont été remboursés aux entreprises de titres-services en Belgique. Entre janvier 2013 et août 2013 inclus, 80.211.117 chèques ont été remboursés. Ce qui représente donc une augmentation de 7,4%. Et même s'il est vrai qu'en août 2013, les prestations ont diminué de 4%, il faut ajouter qu'au cours du mois précédent, une hausse de 8,7% avait été constatée", souligne-t-il dans un communiqué. En 2013, "on parle déjà de 5.000.000 d'heures prestées en plus dans les titres-services", poursuit le syndicat. En termes d'emplois, la hausse de 2013 représenterait 4.190 équivalents temps plein de plus, soit environ 10.000 jobs supplémentaires. Le syndicat estime enfin que la sortie de Federgon "ne peut s'expliquer que par le fait que les négociations sur les salaires et les conditions de travail sont actuellement en cours. Sans compter les pressions du gouvernement afin d'engager plus de personnes des groupes à risques". (Belga)

Nos partenaires