Augmentation salariale des patrons de Dexia - "Les dirigeants gagnent 32% de salaire en moins que leurs prédécesseurs"

20/01/14 à 23:16 - Mise à jour à 23:16

Source: Trends-Tendances

(Belga) Les trois nouveaux dirigeants du groupe franco-belge Dexia gagnent 32% de salaire en moins que leurs prédécesseurs. Tous les membres du comité de direction ont d'ailleurs dû accepter une réduction de leurs revenus lors de leur nomination, entre 20 et 35%, a indiqué lundi Dexia en réaction à l'article paru le week-end dernier dans Le Journal du Dimanche.

Le quotidien français révélait dimanche que les trois cadres de Dexia nommés mi-décembre avaient vu leur salaire augmenter de 30% au 1er janvier, de 340.000 à 450.000 euros par an. Il s'agit du directeur financier Pierre Vergnes, du responsable des risques Marc Brugière et du secrétaire général Johan Bohets. La nouvelle avait suscité les critiques du syndicat socialiste et du parti Groen, qui avaient demandé au ministre des Finances, Koen Geens, d'intervenir, Dexia étant également aux mains de l'Etat belge. Dexia a indiqué lundi que depuis l'arrivée de Karel de Boeck en tant que CEO, en août 2012, les coûts avaient été sensiblement et durablement réduits. "Il y a eu deux changements importants: en 2012, lorsque le nombre de sièges au sein des deux comités de direction de Dexia et DCL est passé de vingt à quatre afin que les mêmes personnes soient responsables tant pour Dexia que pour DCL. Et le 13 décembre 2013, lorsque le comité de direction est passé à six à la suite des ventes planifiées en vue de gérer la clôture de l'exercice. L'ensemble a permis une diminution des coûts de 49%", a expliqué la porte-parole Caroline Junius, "et également parce qu'un certain nombre de membres de la direction n'ont pas été remplacés le mois dernier. Le changement dans le conseil d'administration depuis le 1er janvier 2014 a permis une diminution des coûts de 37% ou de 1,5 million d'euros par an". Dexia souligne encore que le contexte dans lequel les membres de la direction doivent travailler est limité. "Il s'agit de personnes qui doivent être techniquement bien formées, mais qui n'ont en même temps aucune chance de promotion puisque l'entreprise est en liquidation", selon le directeur des ressources humaines Michael Masset. La décision sur le salaire n'a pas été prise à la légère. "Le conseil d'administration l'a prise sur base d'un avis du comité des rémunérations. Deux réunions à ce sujet se sont tenues, lors de laquelle un analyse comparative a été effectuée avec des entreprises également en liquidation." (Belga)

Nos partenaires