Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/11/11 à 09:29 - Mise à jour à 09:29

Après la bourse, le marché des devises

Quand rien ne va, on a parfois tendance à croire à n'importe quoi ! c'est un peu ce qui se passe dans le monde des placements. Si vous voulez gagner un peu plus d'argent que le taux d'intérêt de votre livret d'épargne, il n'y a pas 36 chemins : depuis que la bourse est devenue "out", elle a été remplacée par la spéculation sur le marché des devises, un marché qui est devenu "in" depuis quelques mois.

A priori, le marché des devises est intéressant - d'abord, parce qu'il est ouvert 24H sur 24 - et ensuite, parce que c'est un marché très vaste, le volume quotidien des transactions y dépasse les 4.000 milliards de dollars par jour.

Car comme le fait remarquer Marc Fiorentino un ancien trader parisien, contrairement à ce que dit la publicité, ce marché n'est pas destiné à Monsieur tout le monde ! Sur ce marché, l'épargnant moyen se retrouve face aux plus gros fonds de la planète et aux snipers de Wall Street. Bref, il est "une sorte de pigeon dans un stand de tir" pour reprendre la jolie expression de Fiorentino - et donc si vous voulez jouer sur ce marché, jouez petit car comme le dit si bien Fiorentino, mieux vaut une petite perte qu'une grande claque !

Deuxième règle à suivre : se méfier des évidences. On a souvent dit que le franc suisse ne pouvait pas baisser car c'était avec l'or une valeur refuge. On a vu qu'il pouvait baisser à la suite de la décision de la banque nationale suisse. Ceux qui ont fait le pari inverse ont donc perdu de l'argent. Troisième règle à garder à l'esprit : soyez modestes même si vous avez engrangé quelques gains. Cela risque hélas de ne pas durer car ne pensez pas qu'en quelques mois vous allez battre des traders qui pratiquent ce marché des changes depuis 20 ans ! Autrement dit, le marché des devises, c'est d'abord le marché de l''humilité.

Nos partenaires