Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

24/01/12 à 20:22 - Mise à jour à 20:22

Après avoir fait peur, la Chine va faire rêver... enfin

Une opportunité formidable se crée enfin pour nos entreprises exportatrices. Après avoir fait peur, la Chine va enfin faire rêver.

Une bonne nouvelle est passé quasiment inaperçue : les autorités chinoises viennent de confirmer que la Chine pourrait, pour la première fois, enregistrer en 2012 un déficit commercial. Il faut presque se pincer pour le croire, comme l'écrivait Le Point. Comment la Chine, deuxième exportateur mondial après l'Allemagne, pays censé inonder l'Occident avec ses produits, pourrait donc voir sa balance commerciale passer dans le rouge en 2012 ? Pour la première fois depuis 20 ans, la Chine pourrait importer davantage qu'elle n'exporte.

Avant d'expliquer en quoi c'est une bonne nouvelle, la première question à se poser est : est-ce vrai ? On le saura exactement à la fin de l'année 2012, mais les statistiques sont déjà là pour démontrer qu'année après année, l'excédent commercial chinois diminue à vive allure. Il est donc presque certain qu'en 2012, les Chinois seront à la peine pour dégager des excédents commerciaux. Et ce, pour deux raisons principales.

Primo, l'Europe, premier marché d'exportation des Chinois, va mal. Elle subit la crise de la dette, les salaires sont sous contrôle, les budgets publics sont à la diète... Tout cela implique que l'Europe importe moins de biens made in China. Comme le disait Le Point, une bonne récession est souvent une bonne barrière protectionniste !

Secundo, quand on dit que la Chine "émerge", cela signifie aussi que sa population a soif de consommer. Plus sa classe moyenne se développe, plus elle a, elle aussi, envie de consommer comme en Occident. Ce qui dope les exportations américaines et européennes vers la Chine.

En quoi ce déficit commercial chinois est-il une bonne nouvelle ? Tout simplement parce que la classe moyenne chinoise représentera bientôt 250 millions d'habitants, trois fois la population allemande. Cela veut dire que la Chine, qui nous inondait auparavant de produits à bas prix et était donc une menace pour nos entreprises, devient non plus un ennemi mais une terre d'exportations, car sa nouvelle classe aisée a du pouvoir d'achat. Ce sont de nouveaux clients.

Une opportunité formidable se crée enfin pour nos entreprises exportatrices. Après avoir fait peur, la Chine va enfin faire rêver.

Nos partenaires