Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

02/01/12 à 10:13 - Mise à jour à 10:13

Apple, une entreprise comme les autres

La question mérite d'être posée : Apple serait-elle devenue une entreprise comme les autres, autrement dit, une entreprise qui subit, elle aussi, les lois de la gravitation ? C'est, à juste titre, la question posée par le journal Les Echos.

Alors que Apple a dominé très largement le segment des smartphones, ces fameux téléphones intelligents qui permettent de surfer sur le net ou d'échanger des fichiers, voilà que le champion Apple montre aussi quelques signes d'essoufflement en Europe !

Non pas que les choses aillent mal pour Apple, mais simplement les parts de marchés de la firme à la pomme régressent que ce soit en Allemagne, en France, en Espagne ou en Italie. Le produit Apple n'est pas en cause. L'une des raisons qui expliquent ce début d'essoufflement, c'est la crise. Avec la mauvaise conjoncture économique, des produits concurrents à l'iPhone, comme ceux fabriqués par Samsung ou le chinois HTC prennent des parts de marché, d'autant plus facilement que la sensibilité au prix est plus forte en période de crise.

Le prix n'est pas la seule donnée pour justifier le début d'essoufflement de Apple. La qualité de la concurrence s'est aussi améliorée, notamment du côté du Galaxy S2 de Samsung, considéré comme un véritable "iPhone killer" autrement dit, comme un très bon substitut à l'iPhone.

L'autre raison qui peut expliquer le reflux des ventes d'iPhone en Europe, c'est l'attentisme des consommateurs européen ces derniers mois. Un attentisme justifié par l'arrivée de l'iPhone 4S en octobre dernier. Il faudra donc attendre le résultat des ventes de fin d'année, pour constater ou non cet essoufflement de Apple. Si c'est le cas, cela justifiera la baisse de cours que certains prédisent pour Apple, justifiant cela par le fait que le cours de cet action n'a fait que grimper et qu'un jour ou l'autre, il fallait bien qu'on se rappelle que les arbres ne grimpent pas jusqu'au ciel.

Nos partenaires