Un premier monitoring socio-économique souligne la discrimination à l'emploi en Belgique

Trends Tendances

Source: Belga
jeudi 05 septembre 2013 à 11h46

Un premier monitoring socio-économique élaboré par le SPF Emploi et le Centre pour l'Egalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) a permis de souligner la réalité d'une certaine discrimination à l'emploi en Belgique. Il confirme la difficulté de participation au marché du travail belge pour une personne d'origine étrangère en comparaison aux autres Etats membres de l'UE.

© Thinkstock

Sans surprise, les personnes d'origine belge présentent le taux d'activité et d'emploi le plus élevé. De plus, elles sont surreprésentées dans les emplois de meilleure qualité (employés, fonctionnaires, emplois stables, temps plein, rémunérations plus élevées, ..). A contrario, le taux d'emploi s'avère particulièrement faible chez les femmes issues des pays du Maghreb ou candidats à l'adhésion à l'UE, notamment Turquie et Macédoine.

Par ailleurs, certains clichés se confirment: les hommes originaires de l'UE-12 (douze derniers Etats membres de l'UE des 27) sont surreprésentés dans le secteur de la construction tandis que les Asiatiques sont davantage présents dans l'horeca. Par ailleurs, les femmes d'origine africaine, excepté le Maghreb, sont surreprésentées dans le secteur de la santé humaine et l'action sociale.

A terme, le monitoring socio-économique doit permettre de mesurer l'impact de la politique du marché du travail sur les personnes d'origine étrangère et "aider les politiques qui luttent contre la discrimination et favorisent l'insertion", a noté Pierre-Paul Maeter, président du comité de direction du SPF Emploi. "Ce ne sont pas que des chiffres, le monitoring est un but en soi. Mesurer l'efficacité des politiques en matière de diversité n'est pas superflu", a ajouté Jozef De Witte, directeur du CECLR. Le rapport, réalisé à la demande d'institutions, des autorités et d'organisations, se base sur les données du Registre national et de la Banque Carrefour de la Sécurité sociale.

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: ,

 

Réactions

Alfred GILSON | 5 septembre 2013

En somme, on est en SURREPRESENTE lorsqu'n occupe un emploi dans son PAYS. Il est normal que cela soir ainsi, sinon, expatrions-nous pour travailler. C'est de la gonflette de telles enquêtes. Tout le monde à sa chance si l'on en a besoin. C'est une question de formation mais encore faut-il se soumettre aux lois du marché, aux lois du pays, à ses moeurs et vouloir progresser. Il est inutile de vouloir favoriser certains groupes de personnes. On le voit surtout en politique. , je n'en dirai pas plus. Pour ma part, en ma qualité de patron, j'embauche la personne qui me convient sinon rien.

Inapproprié?

Maurice Joly | 5 septembre 2013

Si je suis patron, jamais personne ne va engager du personnel à ma place! Si je veux des gens fiables, de bonne présentation, qualifiés, personne ne m'obligera à embaucher une personne négligée, inconséquente et pas qualifiée. Le problème n'est pas dans le chef des entreprises mais dans la motivation du candidat à l'embauche, et dans les efforts qu'il est prêt à consentir pour trouver du travail!

Inapproprié?

 

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Entreprises

Whitepapers

Banque et finance

High-Tech

Articles les plus partagés