La TVA sauvera-t-elle le budget belge ?

jeudi 02 février 2012 à 14h53

Une réforme en profondeur de notre système TVA ferait disparaître le déficit budgétaire d’un claquement de doigts : selon certains spécialistes, les exemptions et autres exonérations font «perdre» 20,46 milliards d’euros au Trésor. Plus que suffisant pour combler notre déficit de 14 milliards d'euros !

Le ministre des Finances Steven Vanackere et le Premier ministre Elio Di Rupo. © Image Globe/Eric Lalmand

La prolifération des exonérations et réductions doit être réglée : «L'avenir de notre fiscalité réside dans la TVA, résume Danny Stas, partner indirect taxau sein du cabinet d'avocats Laga. Contrairement à l'impôt sur le revenu, la TVA est techniquement simple, peu cyclique et aisée à percevoir.».
 
«La TVA est la pierre angulaire du système économique dans l'Union européenne, ajoute Ine Lejeune, leader global indirect taxes chez PwC. Elle contribue à une politique commerciale qui combat les distorsions de concurrence et favorise la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) suggère également d’accentuer le déplacement des impôts directs vers la TVA afin de diminuer les déficits budgétaires nationaux et d’augmenter le taux d'emploi.»
 
«La TVA est un impôt efficace, qui rapporte beaucoup d'argent au gouvernement, confirme Peter Vandendriessche, global indirect tax leader chez Deloitte. En outre, le recouvrement ne coûte ni temps ni argent à l’Etat. En effet, les entreprises elles-mêmes accomplissent les formalités nécessaires. Le gouvernement doit simplement contrôler que tout se passe selon les règles. Avec un minimum d'effort, on obtient un maximum de résultat. C’est pourquoi le fisc n’affecte qu’environ 3.000 agents à la TVA, sur un total de 28.000 fonctionnaires.»
 

La Belgique, pionnière en matière de TVA

 
Selon Piet Battiau, chef de la Consumption Tax Unit de l'OCDE, la part de la TVA dans les recettes fiscales a crû de plus de 65 % ces deux dernières décennies, passant de 11,2 % à 18,7 %. La taxe sur la valeur ajoutée se classe désormais à la 3e place mondiale des sources de revenus pour un gouvernement, après l’impôt des personnes physiques (26 %) et les cotisations de sécurité sociale (25 %), mais avant l’impôt des sociétés (10 %) et les taxes spécifiques à la consommation (10 %).
 
En Belgique, parmi les pionnières en matière de TVA, la part des impôts indirects est encore plus importante. Elle assure au Trésor 29,67 % de ses recettes fiscales, soit 45,47 milliards d'euros sur un total de 153,27 milliards. Ce chiffre est légèrement plus élevé que l’impôt des personnes physiques.
 
Les rendements pourraient être encore meilleurs, cependant. «En Europe, 54 % seulement du produit intérieur brut est en moyenne soumis à la TVA, chiffre Ine Lejeune. La base de l’impôt est trop faible en raison du nombre d’exemptions, telles que des agences gouvernementales, els transactions financières et les activités d'intérêt général (santé, éducation, activités culturelles et sociales). La multitude des tarifs et des règles non harmonisées engendrent une complexité inutile, de l'incertitude et des litiges.»
 

La Nouvelle-Zélande perçoit 100 % des impôts indirects

 
Une autre question épineuse concerne les tracas causés aux entreprises. La collecte des impôts indirects coûte ainsi 3.733 euros en moyenne à une entreprise belge.
 
En outre, l'Europe a adopté un régime de transition, selon lequel l'impôt est collecté dans le pays de consommation. «Cela augmente le risque de fraude, juge Peter Vandendriessche. Les statistiques montrent que les pays européens perdent chaque année 100 milliards d’euros. Heureusement, la lutte internationale contre les carrousels TVA porte ses fruits.»
 
Des fraudeurs parviennent toutefois à passer entre les mailles du filet. C’est pourquoi Algirdas Semeta, commissaire européen à la Fiscalité et à la Lutte antifraude, plaide pour la construction d’un nouveau système TVA. Dans son «livre vert», il pointe la prolifération des déductions et des exemptions pour certains secteurs.
 
«Ces mesures faussent la libre concurrence et ont un impact négatif sur les finances publiques, conclut Peter Vandendriessche. Notre pays, par exemple, engrange à peine 45 % des impôts indirects qu'il pourrait percevoir. Cela représente 20,46 milliards d’euros de revenus en moins pour le Trésor. Plus que suffisant pour combler le déficit budgétaire de 14 milliards d'euros ! Par comparaison, la Nouvelle-Zélande perçoit 100 % des impôts indirects.»
 
Eric Pompen

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: , , ,

 

Réactions

Kifi | 4 février 2012

Pour réduire le nombre des exemptions légales de TVA, il faudrait commencer par assujettir les personnes morales de droit public qui développent des activités économiques exemptées de fait de la taxe. Pourquoi de nombreuses ASBL, personnes morales de droit privé, sont-elles des assujettis mixtes qui doivent appliquer la TVA alors que des institutions fédérales et régionales ne le doivent pas à égalité d'activité économique ?

Inapproprié?

guyjoeldl | 2 février 2012

La TVA sur toutes les transactions commerciales. Et les Syndicats constituées en personnes morales type ASBL at soumises comme tous au règime TVA. Si cela pouvait être aussi simple:-)

Inapproprié?

huybrecht | 2 février 2012

Un cadastre de toutes les primes, les abattements, les ristournes, les déductions diverses qui ne font que coûter au quidams dans la rue et gratifient quelques uns. Sans parler des cheques repas qui ne sont qu'une forme légale pour diminuer des taxes qui seront payées par les mêmes quidams. Ce que les uns ne payent pas, d'autres invariablement devront le payer.

Inapproprié?

christian.vrient@telenet.be | 2 février 2012

Rêvons! Quand les fausses asbl payeront de la TVA...l'Etat gagnera de l'argent et elles ne feront plus de concurrence déloyale aux SPRL et SA du même domaine ... comme c'est le cas dans les activités sportives et de bien-être...fini les profs de tai chi, yoga et autres ainsi que les massothérapeutes non assujettis qui demande moins... ou pire, le même prix que les assujettis mais ne jouent pas les règles du jeu.

Inapproprié?

paradisio50 | 2 février 2012

aucune discussion sur l'usage du saut d'index avant les élections sociales. Oui a l'impot sur toutes les opérations financiéres et sur les avoirs étranger. Discussions de l'instaurisation de la csg pour équilibrer les dépenses sociales.Oui a une refonte de la tva avec un plan d'épargne pour préserver la qualité de l'acceuil dans les maisons de retraite. Oui a l'ouverture d'une réglementation positive de l'usage des drogues douces sous le controle de l'état pour la qualité ....Lutte contre la politisation de l'octroi de l'emploi .

Inapproprié?

 

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Entreprises

Whitepapers

Banque et finance

High-Tech

Articles les plus partagés