La Belgique de 2012 : chômage en hausse, croissance négative

jeudi 12 janvier 2012 à 10h45

L'Ires prévoit une croissance négative du PIB belge, à - 0,3 % cette année. Le chômage, lui, grimperait de 6,6 % à 8,2 % de la population active. Portrait-robot de la Belgique de 2012.

Le Premier ministre Elio Di Rupo. © Image Globe/John Thys

L'Institut de recherches économiques et sociales (Ires) estime jeudi, dans un communiqué sur ses perspectives économiques 2012, que la croissance du PIB belge pour l'année 2012 devrait s'établir à - 0,3 %. En octobre dernier, il tablait encore sur une croissance de 1,5 % pour 2012.
 

Croissance : plombée par une demande en berne et la crise de confiance

 
Alors que le gouvernement fédéral a confectionné son budget sur base d'une croissance cette année de 0,8 %, une prévision déjà revue à la baisse par rapport au 1,6 % initialement calculé, cette prévision pourrait encore être abaissée, indiquait récemment la Cour des comptes. La Banque nationale évoquait, de son côté, un taux de 0,5 %, qui nécessiterait des mesures d'économies additionnelles. Un groupe de banques table même sur une croissance de seulement 0,1 %.
 
 «Cette révision importante se justifie par la prévision d'une évolution faible ou négative de toutes les composantes de la demande (consommation, investissement, dépenses gouvernementales et commerce extérieur)», indique l'Ires. La baisse de la prévision est également justifiée par «l'étendue de la crise de confiance et l'ampleur de l'ajustement budgétaire prévu dans l'accord de gouvernement».
 

Emploi : le chômage passera de 6,6 % à 8,2 %

 
L'Institut prévoit une hausse du nombre de chômeurs, d'environ 38.000 unités en 2012, alors que ce nombre a diminué d'environ 11.000 unités en 2011. Par ailleurs, après avoir augmenté de 58.000 unités l'année dernière, l'emploi ne devrait plus augmenter que d'environ 4.600 unités en 2012.
 
«Cette faible performance découle de la piètre croissance du PIB que nous prévoyons et du fort recul des intentions d'embauches des entreprises au cours des derniers mois. Cette dégradation du marché du travail fera grimper le taux de chômage, de 6,6 % de la population active actuellement à 8,2 % fin 2012.»
 

Consommation : l’indice des prix redescendra à 2,2 %

 
L'indice des prix à la consommation redescendrait pour sa part à 2,2% en 2012, contre 3,5% en 2011.
 

Déficit budgétaire : réduit à 2,8 %

 
De son côté, «en tenant compte de l'objectif budgétaire fixé dans l'accord de gouvernement», le déficit budgétaire des administrations publiques serait réduit à 2,8 % du PIB en 2012.
 

Exportations et importations en baisse en 2012

 
Enfin, l'Ires prévoit encore, entre autres, une baisse des exportations (- 0,6 %) et des importations (- 0,4 %) de la Belgique en 2012.
 
Trends.be, avec Belga

L’économie ralentit dans la plupart des grands pays de l’OCDE

 
Plus largement, les indicateurs composites avancés de l’Organisation de coopération et de développement économiques, conçus pour anticiper les points de retournements de l’activité économique par rapport à sa tendance, continuent de signaler un ralentissement de l’activité dans la plupart des pays de l’OCDE et des grandes économies non membres.
 
L’analyse de ce mois-ci n’est que légèrement modifiée par rapport à celle du mois dernier pour la plupart des pays, excepté pour le Japon, les Etats-Unis et la Fédération de Russie dont les indicateurs composites avancés montrent des signes forts d’un changement positif de la dynamique et restent au-dessus de leurs tendances de long terme, pointe l’OCDE.
 
L’indicateur composite avancé de la Chine s’est détérioré depuis le mois dernier et signale un ralentissement de l’activité économique vers sa tendance de long terme. Quant aux autres grandes économies et à la zone euro, leurs indicateurs composites avancés continuent de signaler un ralentissement.

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: , , , , , ,

 

Réactions

weekendxxx | 14 janvier 2012

il est temps de durcir le ton ..nettoyage au chômage et au sein de la cpas faire travailler les assistés,mettre un stop aux chômeurs de carrières en leurs signifiant que dans un délai de 3 mois leurs allocations seront supprimées....un chômeur perçoit autant qu'un travailleur style chauffeur courrier expresse ou gardien quelle honte l'assisté perçoit autant ou allons nous..dans ce pays il faut durcir le ton pour certains secteurs " chômage-allocations familiales-sans papiers-logements sociaux-supprimer chez le travailleur la prime de solidarité" - contrôle par des experts médicaux mandatés par l'état les handicapés afin d'extraire les faux handicapés avec sanctions à la clé et idem pour le médecin-procéder à une taxe de la fortune à partir de 250.000 euros-taxé le propriétaire ayant plusieurs appartements en location en supplément du cadastre-controlé les soi-disants VIPO-controler les cas sociaux avec leurs voitures et leurs avoirs financiés 1 x l'an.-Prévoir dans la feuille d'impôt pour les locataires une case avec le montant du loyer et en faveur de la personne pour le fisc faire des recouppements envers le propriétaire-diminué les charges de l'état au maximum et bien d'autres contrôle et enfin arriver à une pension unique des travailleurs état et privé confondus.

Inapproprié?

mortauGSM | 13 janvier 2012

Merci pour ceux qui me censure mais ceux là , aussi on la langue de bois devant le vrai problème, qui est sciemment occulté http://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

Inapproprié?

mortauGSM | 13 janvier 2012

PRODUCTIVITE , EFFICACITE, RENTABILITE, FLEXIBILITE, AMBITION,l'humain est pas fait pour cela, ni la Nature qui est pas toujours en stade SPRING, croissance, 4 saisons, ce système capitaliste est la pire des imbéciltés, et criminels de surcroît, on va bien voir au Jugement dernier

Inapproprié?

mortauGSM | 12 janvier 2012

Magnet a raison de craindre une Europe ultra libéral elle l'est déjà que trop être valet de cette Europe est pas une bonne solution à long terme c'est l'Evidence même suffit de se poser la bonne question, le sacro saint, mécanisme subtil de l'endettement de tous les pays de la zone euro, c'est eurocrate imbus et technocrate, bureaucrate en vase clos, sont de vrais imbéciles par ignorance des vrais réalités, ce côté prof europe, qui surveille les bons ou mauvais élèves est d'un ridicule fini si vous persistez dans votre entetement, j'espère que vous allez souffrir autant que nous

Inapproprié?

PensonsNous | 12 janvier 2012

En réaction à GrosFilley sur son carnet politique (RTLinfo). Vous connaissez beaucoup de profession qui n'exigent pas de résultat, et où l'absentéisme au lieu du travail est aussi élevé et ...? Caricatures? Regardez votre rétroviseur et constatez les résultats. Alors, venir avec une dialectique démagogique renforce l'absence d'éthique, le cynisme pratiqué depuis des décennies et dont les citoyens sont victimes. Même si certaines valeurs pour certains, ne sont plus essentielles, il y a un devoir journalistique. Nos représentants sont élus, placés là pour servir l'intention des citoyens et non pas pour faire fortune ou pour la suffisance du pouvoir. Certes, il ne faut pas négliger le travail effectué par certains et l'argument de la sanction souveraine. Où est-elle? L'usage d'une vision bien trop orientée renforce ce manque de déontologie et ne fait qu'appauvrir notre démocratie. Il faut avoir au moins la décence et le courage de remettre l'église au milieu du village. Nous sommes souverain, alors nous devrions pouvoir décider (et beaucoup le désirent) d'une diminution bien plus importante des revenus de nos représentants surtout au vu des résultats. Avons-nous cependant ce pouvoir. Non, bien évidemment car nié par une particratie qui, comble, est devenue héréditaire. Est-ce normal? Ils ne peuvent et ne veulent accepter leurs erreurs. Il est bien normal alors qu'ils considèrent leurs revenus comme équitables. Relisez la note de BDW qui proposait une diminution bien plus importante. Et pourtant elle fut refusée en quelques heures. POurtant elle était à 90% acceptable aux dires de Magnette. POurquoi croyez-vous ce timing judicieusement placé de la réaction de ce dernier, ce matin. Crédibiliser une position fondamentalement intenable et détourner l'attention des réelles intentions de notre particratie.

Inapproprié?

 

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Entreprises

Whitepapers

Banque et finance

High-Tech

Articles les plus partagés