Un iceberg taillé pour durer

jeudi 04 avril 2013 à 12h27

«Je ne pense pas que ce sera aussi dense, mais je voudrais vraiment qu’on ose un geste architectural de cette trempe sur le site du Grognon, à Namur», lâchait récemment le nouveau maïeur namurois, Maxime Prévot, à la vue de ce projet.

© Mikkel Frost

Celui-ci vient d’être primé lors du récent Mipim cannois dans la catégorie « Meilleur projet résidentiel». Nommé «Iceberg» et développé dans le port d’Aarhus, seconde ville du Danemark, ce projet durable remplace un ancien terminal pour conteneurs. A l’instar de reconversions actuellement menées à Anvers ou à Londres (Canary Wharf), les autorités danoises locales souhaitent transformer cette zone portuaire désaffectée en un nouveau quartier de ville animé, mixte et aéré. La difficulté majeure des concepteurs ? Densifier le bâti sans empiéter sur les espaces communs et sans obturer la lumière naturelle ou les angles de vue sur l’océan proche. Contrainte supplémentaire : la hauteur des immeubles était limitée. Autre exercice imposé par les autorités locales : le tiers du parc d’appartements doit être mis en location à un prix abordable, histoire de mélanger les profils sociaux des nouveaux habitants des lieux. Le projet Iceberg se joue de ces contraintes par une architecture fonctionnelle, originale, faisant la part belle aux pics et aux angles, qui lui donnent au final sa force iconique et rendent à ce front de mer industriel une identité forte.

Cette audace architecturale cosignée par les bureaux JDS (Julien De Smedt, un bureau belge), Cebra, SeArch et Louis Paillard a convaincu les quelque 20.000 professionnels de l’immobilier présents à Cannes cette année.

Philippe Coulée

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: , , ,

   

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Reportages

 MAISON DE VACANCES: LA MER EN POINT DE MIRE
Des matériaux bruts et durables, des espaces ouverts et un usage intensif du bois d’échafaudage. Les maisons de vacances de Zalig Aan Zee ont un look robuste et romantique. Elles sont pourtant toutes à la base des maisons mitoyennes ordinaires.
 DE L’ESPACE EN MITOYENNETÉ
Le rez-de-chaussée de cette maison bourgeoise, agréablement située au cœur de la cité gantoise, abritait jadis un commerce. Pour y créer un espace de vie, il a fallu tout repenser, ouvrir les espaces et réorganiser la circulation entre les pièces jusqu’aux étages.
 STRUCTURÉ AUTOUR D’UN BLOC
À Liège, un appartement des années 1950 a été entièrement évidé et remis à neuf. Il s’organise désormais autour d’un volume technique, permettant une meilleure répartition des fonctions et une mise en valeur de ses atouts, à commencer par les généreuses vues, à l’avant comme à l’arrière.
 SUS AU BEL ÉTAGE BRUXELLOIS
L’équipe du bureau d’architectes GSL a été confrontée à deux problèmes fréquemment rencontrés dans les maisons bruxelloises : les trois pièces en enfilade générant un manque de lumière dans leur partie centrale, et une absence de relation directe avec l’extérieur. Un double casse-tête résolu haut la main.
 MAISON ET PHARMACIE À L’UNISSON
À l’avant, une pharmacie moderne et, à l’arrière, les pièces d’habitation, fermées et sombres. C’est l’aspect que présentait cette demeure jusqu’au jour où l’architecte Kristof Van Hoof est intervenu. Il a transformé la partie arrière en un logement agréable et fonctionnel, baigné de lumière.

Whitepapers

Articles les plus partagés