Fisc et ONSS : la nouvelle épée de Damoclès de la construction

lundi 21 mars 2011 à 09h58

Les sociétés de construction qui ont obtenu un sursis dans le cadre de la réorganisation judiciaire pourraient bien avoir de plus en plus de mal à éviter la faillite. En cause : le fisc et l’ONSS, qui deviendraient «créanciers sursitaires». Explications.

© Thinkstock

Les sociétés du secteur de la construction bénéficiant d'un sursis dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises pourraient bientôt se retrouver davantage encore dans les difficultés en étant signalées comme endettées sur les sites de l'ONSS et du fisc, peut-on lire samedi dans L'Echo.
 
Deux articles d'une loi-programme adoptée jeudi par la Chambre, qui doivent encore être discutés au Sénat cette semaine, pourraient avantager l'ONSS et le fisc en tant que créanciers sursitaires, «une décision qui pose des questions alors que l'un des objectifs de la loi sur la continuité des entreprises était justement de ramener l'ONSS et le fisc au rang des autres créanciers», indique L'Echo.
 
Si ces deux articles sont adoptés, les entreprises de la construction en sursis devraient être signalées comme endettées sur les sites de l'ONSS et du fisc ; cela vaut également pour les dettes antérieures à l'ouverture de la réorganisation judiciaire. Les cocontractants qui travailleraient avec ces entreprises devraient dès lors verser une partie de leur facture à l'ONSS et un autre au fisc avant de verser le solde à l'entrepreneur.
 
Pour Jean-Philippe Lebeau, président de la conférence des présidents des tribunaux de commerce francophones, ceux-ci voient cette décision comme «une tentative de détricotage de la loi sur la continuité des entreprises de la part de l'ONSS et de l'administration fiscale».
 
Conséquence de ces deux mesures : les sociétés qui ont obtenu un sursis dans le cadre de la réorganisation judiciaire pourraient bien avoir de plus en plus de mal à éviter la faillite.
 
Trends.be, avec Belga

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: , , , ,

   

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Reportages

 MAISON DE VACANCES: LA MER EN POINT DE MIRE
Des matériaux bruts et durables, des espaces ouverts et un usage intensif du bois d’échafaudage. Les maisons de vacances de Zalig Aan Zee ont un look robuste et romantique. Elles sont pourtant toutes à la base des maisons mitoyennes ordinaires.
 DE L’ESPACE EN MITOYENNETÉ
Le rez-de-chaussée de cette maison bourgeoise, agréablement située au cœur de la cité gantoise, abritait jadis un commerce. Pour y créer un espace de vie, il a fallu tout repenser, ouvrir les espaces et réorganiser la circulation entre les pièces jusqu’aux étages.
 STRUCTURÉ AUTOUR D’UN BLOC
À Liège, un appartement des années 1950 a été entièrement évidé et remis à neuf. Il s’organise désormais autour d’un volume technique, permettant une meilleure répartition des fonctions et une mise en valeur de ses atouts, à commencer par les généreuses vues, à l’avant comme à l’arrière.
 SUS AU BEL ÉTAGE BRUXELLOIS
L’équipe du bureau d’architectes GSL a été confrontée à deux problèmes fréquemment rencontrés dans les maisons bruxelloises : les trois pièces en enfilade générant un manque de lumière dans leur partie centrale, et une absence de relation directe avec l’extérieur. Un double casse-tête résolu haut la main.
 MAISON ET PHARMACIE À L’UNISSON
À l’avant, une pharmacie moderne et, à l’arrière, les pièces d’habitation, fermées et sombres. C’est l’aspect que présentait cette demeure jusqu’au jour où l’architecte Kristof Van Hoof est intervenu. Il a transformé la partie arrière en un logement agréable et fonctionnel, baigné de lumière.

Whitepapers

Articles les plus partagés