Fisc et ONSS : la nouvelle épée de Damoclès de la construction

lundi 21 mars 2011 à 09h58

Les sociétés de construction qui ont obtenu un sursis dans le cadre de la réorganisation judiciaire pourraient bien avoir de plus en plus de mal à éviter la faillite. En cause : le fisc et l’ONSS, qui deviendraient «créanciers sursitaires». Explications.

© Thinkstock

Les sociétés du secteur de la construction bénéficiant d'un sursis dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises pourraient bientôt se retrouver davantage encore dans les difficultés en étant signalées comme endettées sur les sites de l'ONSS et du fisc, peut-on lire samedi dans L'Echo.
 
Deux articles d'une loi-programme adoptée jeudi par la Chambre, qui doivent encore être discutés au Sénat cette semaine, pourraient avantager l'ONSS et le fisc en tant que créanciers sursitaires, «une décision qui pose des questions alors que l'un des objectifs de la loi sur la continuité des entreprises était justement de ramener l'ONSS et le fisc au rang des autres créanciers», indique L'Echo.
 
Si ces deux articles sont adoptés, les entreprises de la construction en sursis devraient être signalées comme endettées sur les sites de l'ONSS et du fisc ; cela vaut également pour les dettes antérieures à l'ouverture de la réorganisation judiciaire. Les cocontractants qui travailleraient avec ces entreprises devraient dès lors verser une partie de leur facture à l'ONSS et un autre au fisc avant de verser le solde à l'entrepreneur.
 
Pour Jean-Philippe Lebeau, président de la conférence des présidents des tribunaux de commerce francophones, ceux-ci voient cette décision comme «une tentative de détricotage de la loi sur la continuité des entreprises de la part de l'ONSS et de l'administration fiscale».
 
Conséquence de ces deux mesures : les sociétés qui ont obtenu un sursis dans le cadre de la réorganisation judiciaire pourraient bien avoir de plus en plus de mal à éviter la faillite.
 
Trends.be, avec Belga

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: , , , ,

   

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Reportages

 VOLUMES DÉPLACÉS
Le maître d’ouvrage n’en était pas à son coup d’essai : il avait déjà une première expérience à son actif. Mais cette fois, sa femme et lui voulaient réaliser la maison de leurs rêves, maison qui a été conçue par LV-architecten. Ensuite, le maître d’ouvrage l’a construite de ses propres mains, en bénéficiant toutefois de l’aide indispensable de son père et de quelques autres membres de la famille.
 EXTENSION AU JARDIN
Au centre d’un petit village limbourgeois, l’extension d’une maison rénovée, sous la forme d’un « salon de jardin », crée une relation jusqu’alors inexistante entre la maison et le jardin. Le patio et l’abri de jardin dans le prolongement de la pièce renforcent l’intégration avec le jardin.
 DANS LES NUAGES
Le manque de lumière naturelle et d’espace a poussé les occupants de cette petite maison de rangée à demander l’intervention de l’architecte Joël Coupez, qui a su répondre à leurs besoins sans modifier l’emprise au sol.
 LIBÉRÉE DE SON CARCAN
Une maison typiquement bruxelloise jugule les défauts de sa typologie grâce à une intervention forte mais parfaitement dosée.
 VUE SUR MER
L’architecte d’intérieur Frank Sinnaeve a redonné une allure contemporaine à un appartement désuet donnant sur la digue de mer à Oostduinkerke. Ici, le rôle principal est assuré par la grande baie vitrée, point d’orgue de ce concept architectonique.

Whitepapers

Articles les plus partagés