L'idée de Sabine Laruelle pour créer 10.000 emplois dans les PME

samedi 23 juin 2012 à 15h07

La ministre des Classes moyennes, Sabine Laruelle (MR), propose de porter de 1.000 à 1.500 euros la réduction de cotisations patronales sur le premier emploi créé par une PME. Les réductions sur les 2e et 3e emplois créés seront, elles, doublées durant la première année, passant de 400 à 800 euros, rapportent ce samedi L'Echo et L'Avenir.

Sabine Laruelle, ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendants et de l'Agriculture. © Image Globe

Si 2% des indépendants et des PME utilisent la mesure, cela permettra de créer 10.000 emplois, selon Mme Laruelle. Le coût net de la mesure, qui devrait être anticipée au dernier trimestre de cette année, est évalué à 45 millions d'euros.

Cette mesure s'inscrit dans le cadre du plan de relance du gouvernement pour les PME, qui en compte 12 autres, et qui doit être présenté autour du 21 juillet. La ministre prévoit notamment des mesures pour faciliter l'accès au crédit et rééquilibrer les relations entre les banques et les PME. Ainsi, les banques seront obligées de motiver leurs éventuels refus de crédit. Les indépendants et les PME pourront de leur côté changer plus facilement de banque.

"Les banques doivent retrouver le goût du risque, non pas pour des produits sophistiqués, mais pour les entreprises près de chez elles", estime Mme Laruelle dans L'Echo.

Les autres mesures pour les PME seront présentées en juillet.

Trends.be, avec Belga

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: , ,

 

Réactions

eric123456 | 25 juin 2012

Prime à l’embauche, prime au premier travailleur, plan rosetta, … et j’en passe. Quand comprendront-ils que les pme ne demandent pas de primes à trente-six milles trucs ? Les pme n’engagent que si cela est nécessaire, prime ou pas. Par contre, si un politicien avait la bonne idée d’uniformiser le système de taxation des entreprises de manière à ce qu’elles soient TOUTES taxées de la même façon, je suis certain qu’il en serait remercié. Je suis quasiment certain qu’uniformiser la taxation permettrait de diminuer globalement les charges sociales supportées par les entreprises. Dans un premier temps, cela ne changera rien à la situation de l’emploi mais, à terme, améliorera certainement la situation des pme. La Belgique disposait d’un secrétaire d’état à la simplification administrative (excusez du peu !). Et bien ce gusse n’a pas du souvent se promener dans les entreprises sinon il aurait pu se rendre compte des masses de paperasses et déclarations en tous genres que les pme doivent se farcir. Ces polytocards vivent décidément dans un autre monde.

Inapproprié?

Pascal de Bruxelles | 24 juin 2012

Madame, Si vous voulez vraiment créer de l'emploi en Belgique, en grande quantité et de manière durable. Créez une nouvelle catégorie de travailleurs, un nouveau statut qui se situe entre indépendant et salarié. Un travailleur que l'on peut engager et désengager facilement, qui gagnerait le double de son salaire actuel, par exemple un ouvrier qui gagne 1800 euros / net par mois, serait rémunéré 3600 euros / mois. Mais en contre partie, il devra gérér lui même ses assurances maladies et souscrire à une caisse de pension privée s'il désire avoir une pension, et décider lui même du montant de cette pension. Chaque personne serait libre de décider pour lui-même ce qu'il veut et ce qui est important pour lui et quand c'est important pour lui. Un système ou les gens ne serait plus considérés comme des enfants, des moutons ou des pigeons par l'état, mais responsables de leur vie, de leurs choix de vie. Un système ou l'employeur serait heureux de donner ce double salaire parce que l'argent ira vraiment dans la poche de l'employé, et pas à l'état qui en fait très mauvais usage. Un système enfin ou les assurances privées seront mises en concurrence pour offrir le meilleur service, les meilleures garanties, contrairement au système actuel ou les pensions sont misérables et les services gérés par l'état, défaillants.

Inapproprié?

Pascal de Bruxelles | 24 juin 2012

Madame Laruelle, vos mesures ne sont pas suffisantes et ne donnerons pas de résultat tangibles. Je suis employeur et je peux vous dire après analyses et audit interne que le prix moyen a débourser chaque mois en Belgique pour pouvoir employer un ouvrier est actuellement approximativement de 6.000 à 8.000 euros. Cela tient compte du salaire ( qui est loin d'être la partie la plus importante ), des charges sociales, de l'immobilisation du personnel administratif pour gérer cet emploi, des absences moyennes sur une année pour maladie, des contrôles que l'on subit de l'état dès qu'on a un ouvrier ( et des frais de comptabilité liès a ces contrôles ), des différentes assurances obligatoires, des congés payés, des timbres intempéries, des visites médicales, de l'adaptation de l'entreprise pour le nouveau travailleur ( vétements , protections etc ), des charges du secrétariat social, la liste est très longue. , . L'ONSS ne pardonne rien, 2 jours de retard et les amendes de plusieurs milliers d'euros pleuvent. Pour une petite entreprise en Belgique l'engagement d'un premier travailleur est dans plus de 80% des cas, le tapis rouge vers la faillite. Engager un premier travailleur en Belgique, c'est comme ouvrir la boite de pandore, c'est un ticket pour l'enfer que vous venez de tirer. Alors 1500 euros de différence par mois ? Cela ne fera aucune différence. La seule mesure efficace serait un refondement total de notre système social qui va droit dans le mur, et le mur n'est plus très loin, je peux vous le dire.

Inapproprié?

Pascal de Bruxelles | 24 juin 2012

Madame Laruelle, vos mesures ne sont pas suffisantes et ne donnerons pas de résultat tangibles. Je suis employeur et je peux vous dire après analyses et audit interne que le prix moyen a débourser chaque mois en Belgique pour pouvoir employer un ouvrier est actuellement approximativement de 6.000 à 8.000 euros. Cela tient compte du salaire ( qui est loin d'être la partie la plus importante ), des charges sociales, de l'immobilisation du personnel administratif pour gérer cet emploi, des absences moyennes sur une année pour maladie, des contrôles que l'on subit de l'état dès qu'on a un ouvrier ( et des frais de comptabilité liès a ces contrôles ), des différentes assurances obligatoires, des congés payés, des timbres intempéries, des visites médicales, de l'adaptation de l'entreprise pour le nouveau travailleur ( vétements , protections etc ), des charges du secrétariat social, la liste est très longue. , . L'ONSS ne pardonne rien, 2 jours de retard et les amendes de plusieurs milliers d'euros pleuvent. Pour une petite entreprise en Belgique l'engagement d'un premier travailleur est dans plus de 80% des cas, le tapis rouge vers la faillite. Engager un premier travailleur en Belgique, c'est comme ouvrir la boite de pandore, c'est un ticket pour l'enfer que vous venez de tirer. Alors 1500 euros de différence par mois ? Cela ne fera aucune différence. La seule mesure efficace serait un refondement total de notre système social qui va droit dans le mur, et le mur n'est plus très loin, je peux vous le dire.

Inapproprié?

Libre choix | 24 juin 2012

Madame Laruelle est vraiment timide et je pense même un peu détachée des réalités. Vous voulez une mesure efficace : créez une mesure simple. Exonération totale des lois sociales pendant un an, puis une dégressivité les deux années suivantes. Cela pour les 3 premiers emplois crées. Il est indispensable d’y ajouter la gratuité des cotisations a un secrétariat social. La masse de paperasse que génère l’engagement d’un premier travailleur est telle que cela reste très dissuasif pour un indépendant. Certains pleurnicheurs diront “ encore des cadeaux” aux employeurs. C’est faux : j’ai moi-même, dans les années 80, bénéficié en tant qu'indépendant d’une telle mesure (Art 111 pour ceux qui s’en souviennent) pour arriver, moins dix ans plus tard, à plus de 20 employés. Je pense également à plusieurs amis (ou devenus amis) qui ont connu la même évolution. Cette mesure, l’Arrêté Royal 111, a permis l’engagement de non pas 10.000 mais plus de 100.000 personnes. Bien sur, il y a eu quelques tricheurs, mais le bénéfice pour l’emploi et le dynamise des jeunes entrepreneurs ont été plus que profitable pour le pays.

Inapproprié?

 

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Banque et finance

Whitepapers

Politique économique

High-Tech

Articles les plus partagés