Cameleon se lance dans le business du vin

Gilles Quoistiaux

mercredi 03 octobre 2012 à 16h00

Le spécialiste de la vente privée s’associe avec une start-up belge pour vendre du vin en ligne sur sa plateforme internet Snapstore.

© ThinkStock

Cameleon diversifie ses activités. Dès le 4 octobre, sa plateforme en ligne Snapstore ajoutera des bouteilles de vin à son catalogue centré essentiellement sur les articles de mode. Cameleon reste fidèle à son business model, qui fonctionne sur le principe de la vente privée. Les ventes de vin seront donc réservées à ses membres. Une fois par mois, Snapstore proposera pendant cinq jours une petite dizaine de vins différents, à prix cassé : « Jusque 30 % de réduction sur le prix pratiqué dans le commerce », annonce Aymeric de Hemptinne, CEO de Sacriana. Cette start-up belge, dont nous avions parlé dans le cadre d’un dossier consacré aux nouveaux cavistes en ligne, est le partenaire de Snapstore dans l’aventure. Pour l’occasion, Cameleon prend d’ailleurs une participation dans Sacriana. « Une participation minoritaire mais significative », indique Geoffroy Bauer, patron de Snapstore et membre du conseil d’administration de Sacriana.

Cameleon ne vise pas le marché des vins occupé par la grande distribution. Le constat est simple : pour un nouvel entrant, il est impossible de se battre sur les prix face au pouvoir de négociation des grandes surfaces, qui assurent des volumes énormes aux importateurs. Les bouteilles proposées par Cameleon ne sont donc pas présentes dans le circuit de la grande distribution, mais sont par contre en vente chez certains cavistes ou sur internet.

Plusieurs milliers de bouteilles

Outre le prix, Sacriana met en avant le contrôle de la qualité des vins, confié à un comité de dégustation. La start-up continuera aussi à proposer, sur base hebdomadaire, des ventes privées pour ses propres membres, en-dehors des ventes sur Snapstore. Mais l’intérêt de ce nouveau partenariat se situe évidemment dans les volumes. Snapstore compte en effet 1,5 millions de membres dans le Benelux. Suite à quelques ventes tests, les deux partenaires estiment pouvoir écouler plusieurs milliers de bouteilles lors de chaque vente privée. L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires compris entre 5 et 10 millions d’euros dans les trois ans.

Gilles Quoistiaux

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

Plus sur: , , ,

   

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Banque et finance

Whitepapers

Politique économique

High-Tech

Articles les plus partagés