Les grandes banques européennes se financent à bon compte

Trends Tendances

Source: Belga
lundi 27 janvier 2014 à 17h52

Les grandes banques européennes se financent sur le dos des contribuables: ces établissements trop grands pour tomber en faillite (too big to fail) profitent de la garantie offerte par les Etats pour emprunter à des taux préférentiels, créant ainsi une distorsion de concurrence avec les banques plus petites, selon une étude commandée par le groupe des Verts au Parlement européen.

Philippe Lamberts, eurodéputé Ecolo. © Image Globe

"Pile elles gagnent, face les contribuables paient", résume l'eurodéputé belge Philippe Lamberts. L'étude, réalisée en 2012, montre que les grandes banques européennes, celles dont une faillite entraînerait un effondrement de l'économie européenne, ont bénéficié de "subsides implicites" grâce à la garantie que les Etats leur octroie afin de garantir l'épargne de leurs citoyens. L'auteur de l'étude a chiffré le montant de ces subsides implicites à près de 234 milliards d'euros pour 2012. La même année, les bénéfices des plus grandes banques européennes se sont élevés à 16,5 milliards d'euros.

Or ces subsides bénéficient peu à l'économie réelle, celle des petites entreprises et des particuliers, souligne Philippe Lamberts (Ecolo). Les subsides et les liquidités dont les banques centrales inondent l'économie ont surtout permis aux banques de spéculer, en faisant par exemple gonfler des bulles immobilières. "Elles savent que de toute façon les Etats interviendront si cela se passe mal. Pile elles gagnent, face les contribuables paient."

Pour faire en sorte que les subsides implicites bénéficient à l'économie réelle, il faut une séparation claire des métiers bancaires, entre les banques de dépôt et les banques spéculatives, plaide l'eurodéputé. Il faut aussi imposer aux banques une capitalisation suffisante pour financer leurs investissements et enfin taxer le subside implicite restant.

Le système du bail in, acquis lors d'un trilogue en décembre, et qui prévoit que les actionnaires interviennent en premier pour sauver une banque en difficultés, permettra déjà de réduire ces subsides implicites, mais il faudra aller plus loin, selon le député écologiste. "Il n'y a cependant pas de majorité à ce sujet. Ce sera un enjeu de la campagne: arriver à réunir une majorité populaire" pour mieux encadrer les activités bancaires.

Les infos de Trends-Tendances aussi via Facebook

 

 

Réactions

Michel GODART | 3 février 2014

Aucun candidat aux élections n'oserait contrecarrer cette véritable arnaque des banques : non seulement vous payez pour qu'elles gèrent votre argent mais en plus,elles créent un tas d'obligations (assurance,pc banking,mistercash,domiciliations,zoomit, etc) qu'elles dénoncent ou rendent payantes dès que ce n'est pas ou plus rentable.Ces banquiers n'ont aucune éthique et méprisent sans vergogne leurs clients. Il y a plus ,certains bloquent votre argent dans des placements dont ils règlent les bénéfices (surtout pour eux ) Quand l'argent sera uniquement électronique ( on y arrive progressivement ),vous allez danser ,citoyens.Exigeons du contrôle !

Inapproprié?

René Defort | 28 janvier 2014

Bravo, Monsieur Lamberts, ils font un peu trop ce qui les arrange ces banquiers. Il faut que cela cesse.

Inapproprié?

René Defort | 28 janvier 2014

Non seulement elles spolient l'épargnant mais en plus quand on fait les formalités pour clôturer un compte, il faut des mois pour que l'argent qui s'y trouve soit transférer sur un autre compte dans une autre banque. Ils n'aiment pas et font traîner avec des excuses de toutes les sortes. Pendant ce temps, les comptes restent ouverts et ils vous plombent des frais de tenue de comptes. Pour ne pas citer la banque, c'est BNP Fortis, avis aux amateurs.

Inapproprié?

 

Réagir

Entreprises

Banque et finance

High-Tech

Immo

Politique économique

People

E-Trends

Pub & Buzz

 

Entreprises

Whitepapers

Politique économique

High-Tech

Articles les plus partagés